Cet article date de plus de 3 ans

Nice : le procès de la militante d'Amnesty International Martine Landry est à nouveau reporté

Agée de 72 ans, Martine Landry est poursuivie pour avoir facilité l’entrée sur le territoire français de deux mineurs étrangers en situation irrégulière. Mais le procès a été reporté pour la troisième fois, en raison de la grève des avocats.  
Martine Landry est une militante d'Amnesty International.
Martine Landry est une militante d'Amnesty International. © Frantz Bouton / Max ppp
Et de trois ! Prévu ce mercredi devant le tribunal correctionnel, le procès de Martine Landry est reporté une nouvelle fois en raison de la journée justice morte des avocats. La date de l'audience n'a pas encore été fixée. Du coup, le rassemblement de soutien prévu devant le palais de justice a été annulé.



La militante de 72 ans attend sereinement le procès pour lequel elle risque cinq ans de prison et 30 000 € d’amende. Pour elle,  la justice lui donnera forcément raison car les faits ne sont pas constitués et elle n'a fait qu'appliquer la loi.
Elle devra répondre d'avoir, le 28 juillet dernier  " facilité l'entrée de deux mineurs en situation irrégulière, en ayant pris en charge et convoyé pédestrement ces deux mineurs du poste frontière côté Italie au poste frontière côté France". Elle explique de son côté qu'elle a récupéré à la frontière  deux Guinéens mineurs de 15 ans, puis elle les aurait conduit à la Police de l'Air et des Frontières avec les documents attestant de leur minorité.

Le procès reporté deux fois


Martine Landry a de nouveau rendez-vous devant la justice à Nice.
Martine Landry a de nouveau rendez-vous devant la justice à Nice. © F3

Au départ, le procès devait lieu le 8 janvier dernier, mais il a été reporté une première fois à la demande du parquet. Le procureur voulait avant l'audience, disposer de la décision du juge pour enfants en faveur de ces deux mineurs africains antérieure à leur interpellation, et vérifier les échanges de fax avec les services départementaux de l'aide sociale à l'enfance les concernant. Le document n'était pas disponible lors de la deuxième audience, d'où le deuxième report.

La solidarité toujours


Partout en France, des messages de soutien affluent au moment du procès. 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société migrants immigration