Ligue 1 : le match de l'OGC Nice face à Lens se jouera à huis clos

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emma Derome, Michel Bernouin

Le président de l’OGC Nice, Jean-Pierre Rivère, a pris la décision de ne pas ouvrir le match Nice-Lens au public pour des raisons sanitaires. Un groupe de supporters avait déjà annoncé, au début du mois d'août, qu'ils boycotteraient les matchs limités à 5.000 spectateurs. 

Le patron de l'OGC Nice l'a annoncé, ce mercredi 12 août par un communiqué. Jean-Pierre Rivère a pris la décision "difficile" de jouer le match de la première journée de Ligue 1, le 23 août prochain contre Lens, à huis clos. Une annonce qui intervient alors que la limitation à 5.000 spectateurs a été prolongée jusqu'à fin octobre, suite à l'augmentation des cas de Covid-19.
 
Le huis clos a été décidé "pour des raisons sanitaires et pour ne pas faire de distinction entre les nombreux et fidèles abonnés du club", explique le club dans un communiqué. En effet, le club avait dans un premier temps choisi de sélectionner les supporters voulant assister au match à l'Allianz Riviera (4.000 personnes une fois le personnel déduit), avant de revenir sur cette décision et de s'excuser.

 

Nous avons un slogan, « Mon Gym Ma Famille ». Nous estimons que nous ne devons exclure personne de la famille. Nous sommes évidemment désolés d’en arriver là, nous sommes conscients que cela va susciter de l'insatisfaction. C'est encore plus dur après des mois et des mois sans football. Mais nous faisons le choix de la responsabilité. 

Jean-Pierre Rivère

Boycott des Ultras

Le 4 août, le plus important groupe de supporters du club, la Populaire Sud, avait annoncé que sa tribune restera vide à cause de cette sélection entre supporters :
 

Après y avoir longuement réfléchi, le groupe a décidé de ne pas se rendre aux matchs tant que les restrictions ne seront pas levées. Le 1er anneau de la Populaire sera fermé pendant la même durée

Ultras Populaire Sud Nice

Le club de supporters estimait "inenvisageable d’avoir à faire une sélection parmi [ses] membres et d’être assis avec une distanciation de plusieurs sièges dans [sa] tribune."

Sur Facebook, la grande majorité des réactions avaient salué cette "sage" décision, validant le principe de la "solidarité". "Ou c'est tout le monde ou c'est personne. Un groupe Ultras c’est un groupe", estimait un internaute. 

Suite à ces mécontentements et à la résurgence de nouveaux cas positifs au Covid-19, le club a finalement renoncé à accueillir le moindre spectateur pour sa prochaine rencontre à domicile. "Nous sommes dans une région très touristique, et une accélération de la propagation du COVID-19 est observée. Cela augmente de jour en jour. Nous ne pouvons en faire abstraction," estime Jean-Pierre Rivère dans son communiqué.
 

Nous sommes navrés que les circonstances récentes nous conduisent à cela. On espère que cette décision de sagesse ne freinera pas l’enthousiasme de nos supporters. Mais au contraire que cela leur montrera que l’on prend soin d’eux.

Jean-Pierre Rivère

Pour l'entraîneur de l'OGC Nice, Patrick Viera, il s'agit d'une "décision sage" en vue du contexte actuel. La décision a été saluée également par le maire de Nice, Christian Estrosi. 
 
Sur Twitter, un supporter non sélectionné à l'origine pour assister au match demande, en compensation, la possibilité d'accéder à la diffusion du match du 23 août. "C'est une solution qui me satisferait plutôt qu'un remboursement de mon abonnement au prorata des matchs auquel je ne pouvais assister", avance-t-il. Certains, au contraire, déplorent une décision "injuste". "4000 personnes dans un stade de 36.000, il y a moyen de faire une bonne distanciation, le tout avec un masque. Faut arrêter cette parano et continuer de vivre." 

Le président a indiqué qu'une décision sera prise courant septembre concernant le prochain match à domicile (Nice - Paris SG) le 20 septembre.