Le nouvel impôt métropolitain a été adopté

Publié le Mis à jour le

Les élus de la Métropole Nice Côte d'Azur ont voté à une grande majorité la création d'une taxe foncière de 6,4% de la valeur locative. Un impôt de plus pour les opposants, une nécessité pour financer l'investissement selon le président Estrosi.

Le débat d'orientation budgétaire d'une collectivité est toujours l'occasion de débats parfois vifs entre les élus de la majorité et de l'opposition. Celui de ce lundi, dans l'hémicycle de la Métropole Nice Côte d'Azur, n'a pas failli à la tradition. 
A l'ordre du jour : l'instauration d'une nouvelle ligne dans la taxe foncière qui fait grimper la facture.
Concrètement, les propriétaires devront s'acquitter de 6,4% de la valeur locative de leur bien. C'est beaucoup selon Anne Sattonnet, conseillère métropolitaine LR pour Vence,

Cet impôt représente pour Vence une augmentation de 17%, les contribuables n'en peuvent plus


explique t-elle.





Christian Estrosi président de la Métropole, justifie cette taxe : les investissements de la Métropole s'élèvent à 140 millions d'euros sur 3 ans et elle rapportera 63 millions de recettes.
 


A l'arrivée, voici le vote : 101 voix pour la création de cette taxe, 21 contre et une abstention. Pour Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, l'instauration de cette taxe pouvait être évitée, il explique avoir écrit à Christian Estrosi dans ce sens.

 


De son côté, Patrick Allemand, élu PS et invité ce lundi chez nos confrères de France Bleu Azur,  dénonce  la dérive budgétaire de la collectivité.
 


Idem pour  la frontiste Marie-Christine Arnautu :



Les contribuables devront donc passer à la caisse. C'est voté !