Patrick Vieira et l'OGC Nice c'est fini, Adrian Ursea le remplace pour le reste de la saison

Le champion du monde 98 n'est plus l'entraîneur du Gym suite à la défaite jeudi soir en Ligue Europa 2 à 3 contre le Bayer Leverkusen a annoncé le club vendredi matin.
Patrick Vieira après la lourde défaite de Nice sur la pelouse de Leverkusen.
Patrick Vieira après la lourde défaite de Nice sur la pelouse de Leverkusen. © Wolfgang Rattay / MAXPPP
Nice sort par la petite porte de la compétition et Patrick Vieira prend aussi la porte, celle de l'OGC Nice. Le club a confirmé ce matin l'information : le champion du monde 1998 n'est plus l'entraîneur des Aiglons depuis jeudi soir et la cinquième défaite consécutive, qui plonge un peu plus le Gym dans la crise.  Formé sur la Côte d'Azur, à l'AS Cannes, Patrick Vieira était arrivé en 2018 à Nice pour continuer le travail du Suisse Lucien Favre. Il n'a pas réussi son pari.
Adrian Ursea a pris la direction  l'équipe dès l'entraînement de ce vendredi matin. "Le technicien helvetico-roumain, jusqu’à présent entraineur-adjoint de Patrick Vieira après avoir été celui de Lucien Favre, effectuera son premier match sur le banc niçois en qualité d’entraineur principal lors du déplacement à Reims ce dimanche." indique le communiqué du club.
Le président Jean-Pierre Rivère s'est rendu au centre d'entraînement pour rencontrer les joueurs. Lors d'une conférence de presse vendredi après-midi il a confirmé qu'Adrian Ursea restera entraîneur de l'équipe première jusqu'à la fin de la saison.
Adrian Ursea, au centre, nouveau coach du Gym, présenté en conférence de presse par le président Jean-Pierre Rivère.
Adrian Ursea, au centre, nouveau coach du Gym, présenté en conférence de presse par le président Jean-Pierre Rivère. © Emma Arno / France Télévisions

Et à la fin ce sont les Allemands...

"On vient pour gagner", avait annoncé, avant la rencontre, l'entraîneur de Leverkusen, le Néerlandais Peter Bosz, finaliste de la compétition avec l'Ajax Amsterdam en 2017. Les Allemands l'ont fait sans contestation. Ils se sont logiquement qualifiés pour la suite de la compétition et ont aisément éliminé des Niçois trop rapidement dépassés. Les supporteurs niçois ont eu beau être allés mettre un coup de pression à leurs joueurs au départ du bus pour le stade, rien n'y a fait. Leverkusen était au dessus d'un Nice en grande souffrance depuis la blessure de Dante à Angers, il y a un mois.
Avec cinq défaites pour autant de matches et 14 buts encaissés durant cette période, le Gym et Patrick Vieira poursuivent une série noire qui pourrait rapidement coûter son poste d'entraîneur à l'ex-capitaine des Gunners. Il lui faudra obligatoirement faire un résultat dimanche à Reims en Ligue 1, dans un duel entre deux cancres français en Europe...
Devant la force offensive du Bayer, Nice n'a pas pu tenir longtemps son 3-4-3. Trop rapidement transformé en 5-4-1, avec un axe Bambu-Daniliuc-Nsoki peu rassurant.
Le premier aurait même pu concéder un penalty après un tacle inconsidéré (4e). Mais en Ligue Europa, il n'y a pas de VAR en phase de poules...
Patrick Vieira encourage ses joueurs lors du match contre Leverkusen à l'Allianz Riviera.
Patrick Vieira encourage ses joueurs lors du match contre Leverkusen à l'Allianz Riviera. © Valery HACHE / AFP

Calvaire sur coups de pied arrêtés

Sûr de sa maîtrise, Leverkusen, qui n'a subi qu'une seule défaite en 14 rencontres cette saison (à Prague, 1-0), a continué à pousser. Et sur une pichenette voluptueuse de Kerem Demirbay, le Français Moussa Diaby a volleyé victorieusement (0-1, 22e).
Pour espérer rester en vie dans la compétition, le Gym n'avait plus, alors, qu'à en passer cinq à son adversaire! Sans encaisser de nouveau but!
Si Hassane Kamara, d'une volée plat du pied très propre, consécutive à une relance hasardeuse de la défense allemande, a entamé une esquisse de retour (1-1, 26e), tout est tombé à l'eau cinq minutes plus tard.
Une fois de plus, les Niçois ont perdu leurs duels sur corner. Cette fois-ci, Dan Ndoye, qui venait de remplacer Myziane Maolida, blessé à une cuisse (28e), a lâché son marquage. Aleksandar Dragovic en a profité (1-2, 32e).
Lars Bender, le capitaine allemand, a même été sorti à la pause. Mais c'est toute son équipe qui est revenue en retard. Ndoye a alors égalisé, exploitant une faute de main du gardien, Lukas Hradecky, sur un coup franc de Jeff Reine-Adelaïde (2-2, 47e).
Mais comme systématiquement, Nice a été défaillant sur coup de pied arrêté. Bambu a laissé Julian Baumgartlinger effectuer tranquillement sa tête renversée pour battre Benitez (2-3, 51e).
Sans Pierre Lees-Melou (entorse de la cheville), Youcef Atal (cuisse), Kasper Dolberg (lésion adducteurs), Dante (lésion ligaments croisés), Morgan Schneiderlin et Hicham Boudaoui (suspendus), le Gym a donc vécu un calvaire pour son dernier match à domicile en Ligue Europa.
Et pour Vieira, les jours passent et rien ne change. "C'est un moment très compliqué, je dois faire front, disait-il la veille du match. Je suis combatif. Je me suis toujours accroché comme joueur. Je continuerai à le faire en tant qu'entraîneur."
Patrick Vieira continuera, ailleurs qu'à Nice.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ogc nice football sport