Procès Pastor: Janowski est "avide d'argent et manipulateur", a assuré son coach aux enquêteurs

Wojciech Janowski, le gendre d'Hélène Pastor accusé d'avoir commandité l'assassinat de la milliardaire monégasque, est "un être complexe, avide d'argent, manipulateur", a assuré son coach sportif aux enquêteurs, dont un a témoigné devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône jeudi.
 

Wojciech Janowski, gendre d'Hélène Pastor, photographié en mars 2013.
Wojciech Janowski, gendre d'Hélène Pastor, photographié en mars 2013. © PHOTOPQR/NICE MATIN
"A la fin de sa garde à vue, M. Dauriac était soulagé d'un véritable poids, il a souhaité vraiment expier les fautes qu'il avait commises", a assuré Bruno Lamade, fonctionnaire de la police judiciaire de Nice à la barre du tribunal.

    Pascal Dauriac, le coach sportif de Wojciech Janowski, a reconnu dès sa première audition avoir participé au meurtre d'Hélène Pastor, notamment en demandant à son beau-frère de recruter un tueur, et en lui fournissant l'argent destiné à rémunérer les exécutants, a rappelé M. Lamade.
 
Pascal Dauriac, coach sportif de Wojciech Janowski.
Pascal Dauriac, coach sportif de Wojciech Janowski. © PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP
 

Un procès hors-normes

    
Dix personnes comparaissent depuis lundi pour le double meurtre, le 6 mai 2014, d'Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich, tombés dans un guet-apens devant un hôpital de Nice, commandité, selon l'accusation, par Wojciech Janowski.


"Un être complexe, avide d'argent, manipulateur, m'ayant mis en confiance petit à petit avec des cadeaux, comme des voyages, une belle montre...", dit Pascal Dauriac, coach sportif de Wojciech Janowski, à propos de son client.

    
M. Dauriac, qui était depuis dix ans le coach sportif de Wojciech Janowski et de sa compagne Sylvia Ratkowski, la fille d'Hélène Pastor, "a été conduit à adhérer au projet criminel de M.Janowski, qui lui avait confié qu'il voulait éliminer sa belle-mère", a dit le policier.
    
Le coach a affirmé s'être fait "manipuler" par son employeur, qu'il a décrit comme "un être complexe, avide d'argent, manipulateur, l'ayant mis en confiance petit à petit avec des cadeaux, comme des voyages, une belle montre...", a expliqué le policier.

Pour mieux comprendre le procès, voici un reportage sur la première journée d'audience : 

Le coach charge le gendre

    
M.Lamade a complètement écarté l'hypothèse que M. Dauriac puisse être un maître-chanteur, ce qu'affirme aujourd'hui M. Janowski. Après de premiers aveux qu'il a ensuite contestés, il a assuré à plusieurs reprises que son coach lui soutirait de l'argent contre une "protection rapprochée".
    
Selon le policier, "M. Dauriac avait pas la surface financière pour réaliser ce double assassinat: 140.000 euros". Pascal Dauriac a ajouté, lors de ses auditions, que M. Janowski voulait aussi "faire tuer Gildo" et qu'il s'était réjoui quand ce dernier, le fils d'Hélène Pastor, avait été victime d'un accident vasculaire cérébral - avant l'assassinat de sa mère.
    
Ensuite, M. Janowski aurait dit au coach qu'"en cas d'arrestation, il fallait donner pour instruction de donner le nom de Gildo Pallanca-Pastor comme commanditaire". Me Dupont-Moretti, conseil de M. Janowski, a relevé qu'aucun exécutant n'avait pourtant désigné Gildo Pallanca-Pastor à la police. 
    
Toute l'après-midi, Pascal Dauriac, portant une barbe de plusieurs jours et un polo gris, est resté les yeux clos et les bras croisés dans le box des accusés.

Ce vendredi ont lieu les dépositions très attendues des enfants d'Hélène Pastor.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire pastor international justice société