Cet article date de plus de 3 ans

Le PS azuréen demande à Christian Estrosi un comptage de la population de SDF à Nice

Xavier Garcia, premier secrétaire du Parti Socialiste des Alpes-Maritimes a saisi par courrier le maire de Nice Christian Estrosi (LR) pour lui demander de procéder à un recensement (comptage et questionnaires anonymes) de la population des sans domicile fixe de la ville.
Un sans domicile fixe dans les rues de Nice. (Archive)
Un sans domicile fixe dans les rues de Nice. (Archive) © VALERY HACHE / AFP
Dans un communiqué envoyé aux rédactions ce vendredi, le PS 06 se dit prêt à "mobiliser des bénévoles et à rencontrer le Maire pour lui faire des propositions quant à l’organisation d’une telle opération".

Le comptage des personnes sans domicile fixe à Nice se ferait sur le modèle de ce qui vient d’être réalisé sous l’égide de la mairie de Paris et qui se fait régulièrement dans des villes comme New-York, Athènes, Londres, Bruxelles ou Barcelone selon le Parti Socialiste des Alpes-Maritimes.

Christian Estrosi saisi par courrier


Xavier Garcia, premier secrétaire du Parti Socialiste des Alpes-Maritimes a saisi par courrier le maire de Nice Christian Estrosi (LR) pour lui demander de procéder à un recensement (comptage et questionnaires anonymes) de la population des sans domicile fixe de la ville.

Voici un extrait de la lettre envoyée au maire de Nice:

"Alors qu’une nouvelle vague de froid s’abat sur notre Région comme partout en France, la situation des personnes sans domicile fixe redevient particulièrement alarmante.

Or, il est apparu que les autorités publiques avaient une vision statistique erronée de cette population. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la cohésion des territoires Julien Denormandie a été à l’origine d’un vif débat en sous-estimant le nombre de SDF.
Il l’a fait sans doute en toute bonne foi mais cette méprise traduit une méconnaissance préoccupante d’un phénomène dramatique par les autorités publiques qui doit tous nous interpeller.
"

A Paris le comptage mobilise


Quelque 2.000 personnes, dont 1.700 bénévoles, ont arpenté jeudi soir la capitale lors de la première "Nuit de la Solidarité" pour compter les sans-abri, les "invisibles" de la rue dont le nombre réel a été au coeur de polémiques ces derniers jours.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique christian estrosi logement société sdf