Roland-Garros 2022 : la joueuse de Nice Diane Parry réalise l'exploit de battre Barbora Krejčíková, la tenante du titre

Publié le Mis à jour le

Cela aurait pu être un enfer pour Diane Parry, mais c'est bien la numéro 2 mondiale qui est sortie au premier tour du tournoi. On vous en dit plus sur cette joueuse née à Nice, qui a gagné en trois sets face à Barbora Krejčíková ce lundi 23 mai à Roland-Garros 2022.

Certains le pressentaient, Diane Parry l'a fait. Du haut de ses 19 ans, la Niçoise a envoyé dans les abîmes l'actuelle numéro 2 mondialeBarbora Krejčíková.

Après un premier set écrasant mené par la Tchèque, 6-1, c'est une autre histoire qui s'est écrite au deuxième set, remporté par la Française (6-2), qui a conclu brillamment dans la troisième manche, 6-3.

Le match en statistiques

De plus en plus à l'aise au fil du match, Diane Parry a laissé les observateurs pantois lorsqu'elle a pris l'avantage. Tant sur le court, que dans les statistiques du match.

Une seule double faute pour la Française, alors que Krejčíková en a effectué 7. Parry a eu 62% de premier services réussis également, 13 jeux gagnés contre 11 pour la Tchèque et 79 points gagnés contre 73.

Barbora Krejčíková a également effectué des fautes grossières, comme cette montée à la volée complètement ratée au premier set. 

En jogging, robe et t-shirt manche longue, Barbora Krejčíková a clairement eu un coup de chaud face au sérieux et à l'envie de Diane Parry qui s'est octroyée le droit de jouer la Walkyrie lors de ce premier tour.

Meilleure espoir féminin

Diane Parry a fait sa récente entrée dans le top 100 mondial au classement WTA. A 13h25, en direct sur les antennes de France Télévisions, Diane Parry a affronté ce lundi 23 mai, au premier tour de Roland-Garros, la tenante du titre, Barbora Krejčíková.

C’est le match d’une vie qui se profilait sur le court central de Roland-Garros, alors que la pluie parisienne tombait sur la bâches recouvrant la terre battue, juste avant leurs premiers échanges.

Avec Fiona Ferro, Diane Parry est l'un des meilleurs exemples parmi les joueuses en activité ayant un lien avec la Côte d'Azur. 

Sans oublier Alizé Cornet qui joue cette année son 18e Roland-Garros. La joueuse de 32 ans n'a pas caché qu'elle se rapprochait de sa fin de carrière. Ses fans devront se tourner davantage vers ses écrits que ses prestations tennistiques pour avoir de ses nouvelles, elle qui faisait encore la promotion, début mai, de son nouveau livre et de ses envies de s'affirmer en tant qu'auteure.

En attendant Roland

Diane Parry, qui fêtera ses 20 ans en septembre prochain, a remporté son premier titre WTA en novembre dernier. La joueuse s'était notamment confiée lors d'un entretien produit par la fédération nationale.

Elle faisait aussi part, sur les réseaux sociaux, de sa fierté de jouer son premier tableau de Grand Chelem il y'a tout juste quelques jours.

"Un pur produit fédéral"

Bien qu'elle soit née à Nice, Diane Parry a grandi loin de la Côte d'Azur. C'est en région parisienne que son amour pour le tennis lui a été chevillé au corps.

C'est au Tennis Club de Boulogne-Billancourt qu'elle a débuté. Philippe Joliot le côtoie depuis 40 ans, il le préside aujourd'hui : "je connais bien Diane et son parcours. Elle a toujours été au club, elle a appris à jouer au TCBB, elle jouait en Pro A avec nous, au sein de l’équipe une."

Il se rappelle bien sûr de ses premiers pas au sein du club. "Quand elle était toute petite, elle était hyper sportive, elle jonglait toute le temps avec une balle. Elle était hyper adroite avec les pieds, puis elle s’est mise au tennis, elle a été très adroite avec la raquette aussi (rires). On ne tombe pas souvent sur des filles comme ça, qui sont super sportives et qui ont envie."

Premiers entrainements, tournois, victoires... Aux jeunes années "parrysiennes" de Diane succèdent une trajectoire que peu de fans la balle jaune finissent par connaitre.

Ce grand espoir féminin s'était rappelée il y'a peu ses premiers échanges avec une raquette, et comment tout avait commencé. C'est son frère qui lui a permis de découvrir le tennis dont elle a fait son métier aujourd'hui.

"Après, elle a eu un parcours assez classique, fédéral, elle a été entrainée au club, puis par la fédération des Hauts-de-Seine, et après elle a été prise en charge par la fédé et le CNE. C’est un pur produit fédéral." résume ainsi la carrière naissante - et qui tend à s'affirmer - de Diane Parry. 

C’est bien au sein du Centre National d’Entrainement de la direction technique nationale de la fédération française de tennis, "un pilier de la compétitivité du tennis français" et un "pôle d’excellence" comme elle l’indique sur son site, que Diane Parry est suivie.

Championne précoce

Cette trajectoire prend un tout autre tournant après un sacre international. "Elle était championne du monde junior il y a deux ans, elle avait fait quand même un très beau parcours. Ensuite elle a été pas mal blessée, avant de gagner 4 tournois, elle a eu une année pas simple. Et là, tout d’un coup ça s’est réenclenché et elle est rentrée dans les 100 (meilleures joueuses au classement WTA, ndlr), elle va avoir 20 ans… Elle est encore dans les clous, on peut rêver !"  commente Philippe Joliot.

Une déception ?

Ce match du jour, qui opposait Diane Parry à l'actuelle deuxième meilleure joueuse mondiale, elle l'aurait peut être souhaité différent.

"C’est très sympa pour le club de la voir jouer, explique Philippe Joliot, ce n’est pas forcément un premier tour très agréable pour elle, même si c’est génial de le jouer face à celle qui a gagné l’année dernière. Ce n’est pas un premier tour facile. C'est difficile de jouer une fille aussi forte. Elle est peut-être un peu déçue au fond d’elle de ne pas jouer quelqu’un de plus abordable." 

La Française pouvait faire valoir de nombreux atouts lors de ce match. "C’est une joueuse qui est relativement agressive, qui aime bien aller de l’avant, elle fait le jeu avec son coup droit, et elle peut venir finir nettement au filet, c’est aussi une joueuse de double, plutôt agressive, et qui produit du jeu." détaille Philippe Joliot.

Elle aime jouer sur terre, en fait, au TCBB, elle a énormément joué sur terre battue quand elle était plus jeune, c’est sa surface de départ, elle l’aime beaucoup.

Philippe Joliot

Président du TCBB

Défaite à Strasbourg contre la gagnante

Diane Parry n'aura pas trop trainé en Alsace. Juste avant de rejoindre les terrains parisiens, elle s’est essayée une nouvelle fois aux internationaux féminins, à Strasbourg.

Elle n’a pas passé le premier tour, l’Allemande Angélique Kerber l’a éliminée sans trop de difficultés. C’est d’ailleurs elle qui est allée en finale pour remporter le tournoi et le price money de près de 200.00 euros. Sans regret. Et lorsque l’on regarde le palmarès de ce tournoi de mai, on y retrouve dans la case 2021, le nom de Barbora Krejčíková, son adversaire à Roland-Garros.

Ce match à Roland est une première pour Diane Parry, jamais elle n'a eu à faire face à une telle affiche. Une rencontre qui s'annonçait difficile pour la Niçoise... mais impossible n'est t-il pas français?