Roland-Garros : saviez-vous que l'histoire des courts de tennis en terre battue commence dans les Alpes-Maritimes ?

Alors que le tournoi de Roland-Garros a commencé le 29 mai, avant sa clôture prévue ce 13 juin, intéressons-nous aux origines de la terre battue que les plus grands tennisman ont foulée. Elle avait été créée en 1878 par les potiers de Vallauris dans les Alpes-Maritimes !

Les Internationaux de France de tennis créés en 1925 se déroulent sur terre battue... La descendante des potiers de Vallauris dans les Alpes-Maritimes.
Les Internationaux de France de tennis créés en 1925 se déroulent sur terre battue... La descendante des potiers de Vallauris dans les Alpes-Maritimes. © MARTIN BUREAU / AFP

De l’Espagnol Rafael Nadal au Suisse Roger Federer en passant par le Serbe Novak Djokovic, tous les plus grands s'illustrent cette année encore sur la terre battue de Roland-Garros. Les origines de cette terre qui a vu de grandes victoires et des matchs épiques sont méconnues.

On vous dit tout sur son histoire qui a traversé la France entière, de Vallauris dans les Alpes-Maritimes à la briquerie de Waziers dans le nord.

Novak Djokovic, numéro 1 mondial, s'est qualifié ce lundi pour les quarts de finale de Roland-Garros :

Deux lords anglais à l’origine de la terre battue

Initialement, le tennis c’était le jeu de paume joué par les aristocrates au 18e siècle. Un sport qu’ils pratiquaient sur gazon avec des clous pour délimiter le terrain.

Jusqu’à l’arrivée à Cannes des jumeaux Renshaw en 1878. Ces lords sont des passionnés de tennis et très vite ils invitent leurs amis, font construire des terrains et organisent des compétitions. Mais jouer sur l’herbe ne leur convient pas, notamment à cause de l’ensoleillement et de la sécheresse. Lors d’une visite à Vallauris toujours dans les Alpes-Maritimes, ils découvrent le travail des potiers qui se servent de cette poudre de terre cuite, cette fameuse terre rouge.

Ils décident alors de répandre cette matière première sur un sol avec, puis sans herbe pour faire de la terre battue.

La terre battue est une matière vivante dont il faut s’occuper quotidiennement,

Didier Frantz Directeur sportif Nice LTC

Le Nice LTC a été fondé en 1890 au Parc Impérial à Nice.

Avec ses 18 cours en terre battue, et ses nombreuses compétitions, les équipements sont ici surveillés de très près. Il ne se passe pas un jour sans que des agents, formés avec des spécialistes des cours de Roland-Garros, s’en occupent.

La terre battue de l'un des cours du Nice LTC quotidiennement entretenue.
La terre battue de l'un des cours du Nice LTC quotidiennement entretenue. © D Frantz

Ici, on joue toute l’année. Il est donc très important que les terrains répondent aux attentes des joueurs. Que ce soit le chaud ou le froid, ces températures détériorent les terrains.

Didier Frantz, Directeur sportif Nice LTC.

►Voir le reportage de France 3 Côte d'Azur sur la préparation de la terre battue  pour l'Open de Nice Côte d'Azur le 7 mai 2012 :

C’est pourquoi chaque soir, tous les cours de tennis sont quasiment inondés pour faire face à la sécheresse et au climat méditerranéen. Il faut procéder à un arrosage très important pour conserver l’humidité, surtout durant la période estivale.

Si c’est nécessaire, c’est régulièrement que des réflexions sont engagées pour refaire complètement des cours. En 2020, la Fédération Française de Tennis (FFT) ne recense plus que 16% de courts en terre battue. On recense 4 963 terrains en terre battue. La Fédération de tennis en fait la promotion :

Dans une interveiw de 2017, le responsable des équipements à la FFT expliquait la baisse du nombre de terrains en ocre : 

Elle s'explique par "l’opération '10 000 courts' engagée dans les années 80 et qui a permis majoritairement le développement des courts en dur". Mais aujourd'hui, la FFT et ses dirigeants souhaitent avec le programme fédéral redonner toutes leurs lettres de noblesse aux courts en terre traditionnelle et aux clubs. D'abord parce que cette surface présente de nombreuses qualités.

selon Gaël Bonnaire, responsable équipement à la Fédération Française de Tennis,

Pour soutenir cette surface qui on l'a compris est délicate en terme d'entretien et favoriser son développement, une association se propose même de la défendre ! C'est l'ADTB : association de défense de la terre battue.

Quant à "l'or rouge" de Roland-Garros, reste à servoir si une nouvelle fois Rafael Nadal en sera le roi cette année.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tennis sport roland-garros patrimoine culture zoom sport histoire artisanat économie