Alpes-Maritimes : les contrôles du port du masque se durcissent à Nice et Antibes, après la venue d'Olivier Véran

Le ministre de la Santé Olivier Véran était présent le 20 février à Nice (Alpes-Maritimes). Il a notamment annoncé une dotation supplémentaire de 3.500 doses de vaccin, et un durcissement des contrôles sanitaires. Dès ce dimanche 21 février, les verbalisations pour non-port du masque ont augmenté.

Un passant verbalisé pour non-port du masque, dans les rues d'Antibes : les contrôles se durcissent dans les Alpes-Maritimes.
Un passant verbalisé pour non-port du masque, dans les rues d'Antibes : les contrôles se durcissent dans les Alpes-Maritimes. © Didier Beaumont, France Télévisions

Des doses de vaccin en plus (3.500 en plus), et un durcissement des règles en matière sanitaire : voilà ce qu'il faut retenir de la visite d'Olivier Véran à Nice (Alpes-Maritimes), le samedi 20 février 2021. Dès ce dimanche 21 février, les forces de l'ordre ont accru leurs contrôles pour verbaliser le non-port du masque. Et sévi dans les rues, notamment à Antibes (Alpes-Maritimes). "Cent policiers et gendarmes sont mobilisés ce week-end pour les contrôles", a précisé la sous-préfète Anne Frackowiak-Jacobs. Des mesures devraient être annoncées par le préfet avant la fin de la journée.

Les amendes pour non-port du masque ont plu, en dépit des tentatives de justification d'une poignée de passantes et de passants. "J'ai laissé mon masque dans la voiture... J'habite juste à côté. En descendant de chez moi, j'ai l'habitude de le mettre dans la voiture." Mais le policier tranche. "C'est sur le visage qu'il faut le garder, pas dans le véhicule. Vous êtes dans une zone où il y a tout un affichage pour vous le rappeler." 
 

Verbalisé pour non-port du masque le dimanche 21 février 2021, ce passant antibois tente d'expliquer qu'il allait mettre son masque en montant dans son véhicule. Sans succès.
Verbalisé pour non-port du masque le dimanche 21 février 2021, ce passant antibois tente d'expliquer qu'il allait mettre son masque en montant dans son véhicule. Sans succès. © Didier Beaumont, France Télévisions


Jean Leonetti, le maire (LR) d'Antibes n'a pas attendu l'annonce du préfet pour se confier à nos collègues d'Europe 1. "Je crois pouvoir dire que les deux prochains week-ends seront des week-ends de confinement", a-t-il révélé alors que le préfet devrait prendre la parole au cours d'un point presse organisé dans la soirée. Il a précisé que ça ne serait pas qu'à Nice. L'édile s'était entretenu avec Olivier Véran lors de sa visite de la veille. 

À Nice, justement, le maire (LR) Christian Estrosi a déclaré sur Twitter (voir ci-dessous) qu'il appelait de ses voeux la mise en place d'un reconfinement local "a minima le week-end", une "nécessité" selon lui. Il explique avoir échangé avec les responsables du centre hospitalier universitaire de Nice (CHUN) avant d'appeler ce confinement de ses voeux. Il le voudrait étendu au département si les chiffres s'emballent.
 


C'est une matinée chargée qui attendait le ministre de la Santé, en visite dans la capitale azuréenne alors que le taux d'incidence explose. Actuellement à 577 pour 100.000 habitants, il a augmenté de 25% en une semaine. Il était de 462 le 7 février. Il est même de 751 dans la métropole niçoise. "C'est le variant britannique qui circule le plus à Nice", indique Olivier Véran. 

3 500 doses de vaccins supplémentaires

Le ministre de la Santé annonce que des doses de vaccins supplémentaires vont arriver dans le département. "Quelques 3500 doses du vaccin Pfizer arriveront en urgence dans le département".

Vers un confinement le week-end ? 

Pour Olivier Véran, les mesures actuelles ne suffisent pas dans les Alpes-Maritimes.

Ça pourrait prendre la forme une accentuation du couvre-feu, peut-être un confinement partiel, peut-être un confinement total. La décision sera prise dans les 48 heures.

Olivier Véran, ministre de la Santé.

"Une mesure que j'encouragerais de toutes mes forces" a ajouté Christian Estrosi. Actuellement en réunion avec les autorités locales, la piste du confinement le weekend pourrait être envisagée. 

Première étape : 

Vers 10h15, Olivier Véran est arrivé à Nice au pôle de santé du quartier des Moulins. 

L'occasion d'un temps d'échange avec les professionnels de santé de ville sur la prise en charge ambulatoire du Covid long.

Deuxième étape : 

Le minsitre de la Santé se rend au CHU à l'antenne de l'Archet pour suivre la présentation du schéma de coopération territoriale pour la prise en charge les patients atteints de formes longues du Covid, par le Professeur Michel Carles.

Comité d'accueil des syndicats FO et CGT à l'hôpital l'Archet à Nice.
Comité d'accueil des syndicats FO et CGT à l'hôpital l'Archet à Nice. © Vicent-Xavier Morvan

Revendications syndicales

A son arrivée, les syndicats hospitaliers FO et CGT sont présents. Par un communiqué, le secrétaire général Force Ouvière, Michel Fuentes indique avoir été reçu par le ministre et son conseiller en présence du Préfet des Alpes-Maritimes, du maire et du délégué territorial de l'ARS.

L'organisation syndicale a pu faire valoir ses revendications : prime Covid de 1 500 pour tous, reconnaissance en maladie professonelle des personnels touchés par la Covid, l'arrêt de la fermeture des lits et des services, l'accès à la vaccination pour tous hospitaliers ainsi qu'entre autres l'embauche massive de personnel et des soins de qualités.

Le ministre de la Santé s'est ensuite rendu au service infectiologie où 24 personnes sont hospitalisées dont huit en soins intensifs. "C'est plein" indique le professeur Michel Carles.

Le professeur Michel Carles évoque le covid long avec le ministre de la Santé.
Le professeur Michel Carles évoque le covid long avec le ministre de la Santé. © Vincent-Xavier Morvan.

Les équipes évoquent le covid long et ces symptômes : asthénie, stress post traumatique, troubles de l'attention, douleurs cardiothoraciques. Pour le professeur Michel Carles il y a une nécessité du suivi psychologique et de la rééducation respiratoire. 200 patients sont évalués par ce service.

Le ministre s'est ensuite rendu au service de réanimation du CHU. La presse ne l'accompagne pas. 

Taux de positivité de 10% 

Dans les Alpes-Maritimes le taux de positivité dépasse les 10% contre 6% de moyenne nationale. Ce taux peut s'avérer plus réaliste que le taux d'incidence car il n'est pas biaisé par le nombre de tests.

Rencontre avec un patient atteint d'une forme longue du Covid.

Olivier Véran rencontre Claude Maschi, 68 ans atteint depuis le 22 novembre dernier d'une forme longue du Covid :"j'ai vécu quelque chose d'atroce" explique le patient. 

Rencontre un patient atteint d'une forme de covid long pris en charge par le professeur Fournier.
Rencontre un patient atteint d'une forme de covid long pris en charge par le professeur Fournier. © Pool

Cette rencontre est l'occasion pour le professeur Fournier qui prend en charge ce patient d'expliquer l'importance du soutien psychologique. 

Troisième étape : 

Le ministre de la santé se rend au centre de vaccination du Théatre de Verdure.

Le ministre de la Santé s'est ensuite rendu au centre de vaccination du théâtre de Verdure à Nice.
Le ministre de la Santé s'est ensuite rendu au centre de vaccination du théâtre de Verdure à Nice. © Pool

Près de 92 000 personnes se sont fait vacciner au sein de la métropole Nice Côte d'Azur dont 60 000 à Nice. La métropole indique qu'aucun rendez-vous n'a été annulé et qu'aucune dose n'est perdue. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19