Purificateurs d'air, boitiers de désinfection, masques parfumés... Des solutions testées à Cannes ou Grasse

Certaines collectivités, Cannes et Grasse notamment, débloquent des budgets afin d'équiper les établissements recevant du public d’outils technologiques pour lutter contre la circulation du virus. Tour d'horizon de ce qui se fait et se teste en Côte d'Azur.

L'enjeu de cette reprise est de massifier les capacités de tests pour enfants et enseignants. A La Trinité près de Nice, distribution des tests dans une école ce lundi 26 avril.
L'enjeu de cette reprise est de massifier les capacités de tests pour enfants et enseignants. A La Trinité près de Nice, distribution des tests dans une école ce lundi 26 avril. © Laurent Verdi FTV

Filtrer l'air, le purifier pour mieux le débarrasser de cet insaisissable virus, c'est l'une des nouvelles armes, dans cette guerre sanitaire qui n'en finit pas. Ce lundi 26 avril, en pleine rentrée scolaire des primaires et réouverture des crèches, la ville de Cannes dans les Alpes-Maritimes s'est dotée d’outils technologiques innovants pour lutter contre la circulation du virus dans les lieux fermés qui regroupent beaucoup de personnes.

La mairie expérimente un protocole de désinfection élargi : nettoyage et purification de l’air dans les espaces publics intérieurs, désinfection de petits objets et de vêtements de travail. Objectif : protéger la population, les employés comme les visiteurs, et encourager ainsi la reprise des activités. 

Armoires désinfectantes

Seize armoires 'Ozzon' sont en cours d'installation dans les crèches et structures de la petite enfance. Ce sont des armoires désinfectantes qui permettent une décontamination des virus et bactéries en 45 minutes sur tous les types de matières : jouets en bois, en plastique, peluches, blouses, chaussons, tapis, etc...

Une centaine de boitiers 'Uvocare' désinfectent en 30 secondes les petits objets : stylos, téléphones portables, badges, lunettes, clefs, monnaies ainsi que les masques chirurgicaux et masques FFP2 en tissu. Ils ont été installés dans les écoles, les crèches, les médiathèques, à l’hôtel de ville et dans les mairies annexes.

Enfin, la ville de Cannes expérimente des purificateurs d’air de la société rémoise Clever Energies à l’école Marcel Pagnol de La Bocca pour "supprimer 99% des polluants présents dans l’air".

Les armoires et les boitiers de désinfection présentées à la municipalité.
Les armoires et les boitiers de désinfection présentées à la municipalité. © Ville de Cannes.

Un équipement d'un montant d'environ 169 000 € à la charge de la municipalité. Des détecteurs de dioxyde de carbone (CO2) pour ventiler les bâtiments communaux et les établissements recevant du public sont aussi en cours d'acquisition.

Désinfection de surface

Des commandes qui profitent à de jeunes sociétés. Certaines se sont engouffrées dans la brèche ouverte par le Covid. C'est le cas de la start-up T-Zic. Les trois co-fondateurs se sont rencontrés au cours de leurs études à Caen. 

Thomas Zunino, originaire de Cannes, Thomas Séchaud, parti ensuite à Montpellier et Manuel Bouhelier, Cannois également, qui gère la partie industrielle et marketing depuis Grasse. Un petit cocorico local ! 

En 2016, les trois jeunes entrepreneurs s'étaient lancés dans la purification de l'eau. En pleine croissance, alors que le Covid-19 s'installe, ils ont dû s'adapter et se lancer dans la désinfection de surface.

On venait de se mettre en ordre de bataille après une levée de fonds, on avait la possibilité de mourir à petit feu ou de rebondir. On a pris le choix de lancer ce développement. Après un an, ça nous a permis de passer de 16 à 22 personnes. 

 Manuel Bouhelier, industrie et marketing de T-Zic

Masques désinfectés en 3 minutes chrono

Un changement de cap pour parer à l'urgence sanitaire, avec la fabrication d'appareils portatifs, baptisés Uvocare qui permettent de désinfecter des masques en 3 minutes chrono. Du made in France, fabriqué à Montpellier et produit grâce à l'APF (Association des Paralysés de France). Ils ont vendu 1000 boitiers en un an. Des outils qui rassurent les employés et les clients : "Si il y a des échanges d'objets dans les différents services : talkies-walkies, masques... c'est vraiment un facilitateur", précise Manuel Bouhelier.  

"Sans chimie, sans maintenance"

La ville de Grasse va déployer ces boîtiers dans les crèches municipales.

L'hôtel Martinez à Cannes également a été équipé au mois d'août dernier pour désinfecter les masques en tissu et permettre leur recyclage. Une solution de désinfection sans chimie, sans maintenance, facile à installer : "on branche la petite boite noire sur le secteur 220V, on appuie sur un bouton pour la désinfection des objets en 30 secondes, sur un autre bouton pour la désinfection des masques en 3 minutes. On referme, c'est comme une mini-imprimante !", ajoute Manuel Bouhelier. Le boitier coûte 399 euros. 

On a démarré avec un déploiement sur la mairie de Grasse avec les crèches et le CCAS et puis on a rencontré des responsables sur des salons, c'est comme ça que la mise en relation s'est faite. C'est un produit qui a un brevet, nos produits sont certifiés. A l'ouverture ça s'arrête instantanément, on a obtenu la certification CE. 

Manuel Bouhelier, industrie et marketing de T-Zic

"Ca permet de tuer le virus"

Une conception approuvée scientifiquement par différents laboratoires : Biofac à Montpellier et un laboratoire P3 à Toulouse. T.Zic exploite la technologie Led UVC, aux capacités germicides et virucides. "C'est une partie du soleil qui est filtrée par la couche d'ozone, ça permet de tuer le virus et tout ce qui est vivant, tout l'ADN", explique Manuel Bouhelier. "En 30 secondes, on élimine toutes les bactéries et les virus dans les masques. Au bout de 100 fois, les masques sont toujours conformes. On n'entame pas leur efficacité, ils sont toujours performants. Avec Uvocare flash, ils sont opérationnels en 20 secondes, y compris les masques inclusifs transparents.

D'autres "ventilent le virus"

L'entreprise de Vallauris dans les Alpes-Maritimes a elle adapté une machine de traitement de l'air, le Steribloc, pour éradiquer le virus. Un dispositif pour les espaces intérieurs des établissements publics, commerces ou entreprises.

Nous l'avons déjà déployée dans des hôpitaux pour les blocs opératoires, mais elle peut aussi être envisagée dans des salles de réunion, cantines, écoles etc.

selon Philippe Prat co fondateur de Air Data Systems.

Air Data Systems conçoit et commercialise des solutions de traitement qui en plus de brasser l'air, tuent le virus. "En effet, les appareils filtrent l'air, ce qui est assez classique comme action. Mais en plus, le notre est équipé de lampe UVA qui éliminent, grillent d'une certaine façon les virus et bactéries", précise Philippe Prat. 

Son efficacité contre la Covid-19 a été validée par l'Institut Pasteur. L'association ventilation-filtration-désinfection, grâce à notre combinaison innovante d'UVA et de substrat, assure 99,7% d'efficacité sur les bactéries et virus en 5 minutes de fonctionnement,

Philippe Prat.

Quelle efficacité ?

Les purificateurs d'air sont-ils efficaces contre le Covid-19 ? La journaliste de France 3 Florence Griffond apporte des précisions sur le plateau du 19/20.

D'après une étude réalisée par un laboratoire français sur des modèles de purificateurs d'air installés dans des cantines de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les filtres piègent les virus avec une efficacité de plus de 99%. "Les particules virales capturées meurent au bout de 48 heures", explique Florence Griffond qui nuance, "cette étude a été réalisée en laboratoire et non pas en conditions réelles".

Epurer l'air intérieur

Il y a les surfaces qui peuvent être des vecteurs de contamination et il y a l'air que nous respirons. Airinspace cartonne avec ses purificateurs d'air made in France. Difficile d'aérer en permanence. D’où le recours à des purificateurs d'air pour les espaces fermés. Une arme de plus dans la lutte contre le Covid-19. Épurer l'air intérieur est devenu une priorité de santé publique.

Les collectivités cherchent à s'équiper. La société, spécialisée dans la purification de l’air intérieur depuis 2002, connaît actuellement une forte demande. Elle équipe déjà tous les CHU de France, avec ses appareils de fabrication française et même la station spatiale internationale ISS !

Le  marché est énorme : écoles, cantines, hôtels, restaurants, milieu hospitalier, EHPAD, entreprises.

Masques parfumés

Il y a ceux qui cherchent à assainir l'air et ceux qui essayent de lui donner une odeur agréable. Oubliez le mouchoir parfumé du 20ème siècle. Les Franchouillards, une petite équipe de parfumeurs, vient de lancer un masque rechargeable fabriqué en France.

Le ZIP, combine des parfums de haute qualité, porteurs du patrimoine azuréen. L'idée est simple : il suffit d'insérer une capsule odorante dans un masque adapté "pour vivre une expérience sensorielle unique." 

Renouvellement

En revanche, pas de boom pour les entreprises de découpe de plexiglas. Contactée, la société niçoise Plexi Azur précise ne pas avoir enregistré de nouvelles demandes. Après une forte demande lors du premier confinement, pas de besoins supplémentaires ou seulement du 'renouvellement'. Les restaurateurs attendent de connaître les nouvelles dispositions pour une éventuelle réouverture.

Un air purifié, des objets désinfectés, des caisses entourées de plexiglas... Toutes ces nouvelles protections sanitaires contre le virus risquent aussi de faire grimper la facture. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société entreprises innovation sciences éducation