Arles : petit lexique de la Féria de Pâques pour les nuls

Les « attrapeurs » tentent de libérer les taureaux encadrés par les gardians. / © Serge Assier /PHOTOPQR/LA PROVENCE
Les « attrapeurs » tentent de libérer les taureaux encadrés par les gardians. / © Serge Assier /PHOTOPQR/LA PROVENCE

La Féria de Pâques débute ce vendredi à Arles. Grand rendez-vous des aficionados, c'est aussi quatre jours de fête autour des traditions de la tauromachie. Voici un petit lexique pour s'y retrouver entre abrivado, encierro et autre rejon... 

Par Annie Vergnenegre

► Abrivado


Dans les fêtes taurines provençales, des taureaux sont lâchés d'un bout à l'autre d'une rue, encadrés par les gardians à cheval dans la tradition du travail de bétail conduit des pâturages aux arènes. Des "attrapeurs" appelés attrapaïres en provençal tentent de créer une brèche dans la chaîne des chevaux pour libérer les taureaux.


► Bandido ​


Dans l'abrivado, les taureaux étaient conduits des pâturages aux arènes, dans la bandido, qui signifie "l'échappée", c’est le convoyage retour des taureaux, des arènes vers les pâturages.
© VALLAURI Nicolas/ PHOTOPQR/LA PROVENCE TEAMSHOOT
© VALLAURI Nicolas/ PHOTOPQR/LA PROVENCE TEAMSHOOT


► capea


La capea est une forme de corrida d'entraînement ou de spectacle. Les toreros débutants combattent une vache sans picador et sans mise à mort.

► corrida


La corrida désigne les combats avec des taureaux adultes, par opposition aux novilladas.

► course camarguaise ​


Pratiquée depuis le XVe sicèle à Arles, la course camarguaise est un spectacle taurin sans mise à mort. Les jeunes raseteurs, munis d'un crochet, doivent essayer d'enlever des cocardes, fleurs et foulards, fixés au frontal du taureau ou sur ses cornes. Le taureau reste au maximum 15 minutes dans l'arène.

► encierro


L'encierro est un lâcher de taureaux comme dans l'abrivado mais dans la tradition espagnole. Il s'agit des taureaux destinés à la corrida.


► novillada


Cette course oppose de jeunes taureaux dans leur 3e année,appelés novillos, à des apprentis toreros, les novilleros. Elles peuvent être exécutées avec ou sans picador. 

► recortadores


Cette forme de jeu taurin est pratiqué essentiellement dans le nord de l’Espagne. Contrairement à la course camarguaise, le recortador doit s'approcher au plus près du taureau pour placer des anneaux à ses cornes nues. Le but étant d'en placer le plus possible.
© VILLAR LÓPEZ/EFE/Newscom/MaxPPP
© VILLAR LÓPEZ/EFE/Newscom/MaxPPP


► rejon


© PHOTOPQR/LA PROVENCE/COULOT Edouard
© PHOTOPQR/LA PROVENCE/COULOT Edouard
Le rejon est une véritable démonstration de l'art équestre dans la tauromarchie et des qualités de dressage du cavalier, le "rejoneador," face au taureau. Le cavalier est muni d'un rejon




A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus