Avec ses 7 buts à 0 face à Metz, Monaco reprend la tête de la Ligue 1

Le gardien monégasque Danijel Subasic / © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Le gardien monégasque Danijel Subasic / © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Quatre jours après avoir arraché le nul contre Leverkusen (1-1) en Ligue des champions, Monaco est allé écraser Metz (7-0) et a repris la tête de la Ligue 1, ce samedi lors de la 8e journée.

Par Anne Le Hars

Les joueurs de Leonardo Jardim, qui avaient peiné face à Angers le week-end dernier (victoire poussive 2 à 1), ont livré une superbe prestation sur la pelouse du stade Saint-Symphorien et ont semble-t-il oublié la claque reçue dans le derby à Nice il y a dix jours (4-0).
Impressionnants de facilité, les Monégasques ont assommé les Lorrains en inscrivant notamment trois buts en première période par Lemar (7), Germain (24) et Silva (40). 

Bien aidés par l'exclusion de Doukouré (60), ils ont ensuite alourdi la note après le repos par Fabinho (68 s.p.), Carrillo (72, 83) et Boschilia (89). "Monaco a produit un joli football sur une pelouse magnifique.  On a fait un très bon mois de septembre en championnat et en Ligue des champions. Mais la saison est encore très longue", a estimé le technicien azuréen. 
L'ASM, qui possède la meilleure attaque de Ligue 1 (22 buts), s'est emparé du fauteuil de leader avec 19 points, en attendant le résultat des Niçois (17 points) contre Lorient dimanche. Le Paris SG, champion en titre, est quant à lui troisième à trois longueurs.


'J'ai honte'


Après un bon début de saison, Metz semble marquer le pas et recule au septième rang (13 points), dans l'attente des résultats de dimanche. Les Mosellans ont encaissé une deuxième large défaite consécutive à domicile, dix jours après le 3-0 concédé face à Bordeaux.
La trêve internationale fera le plus grand bien aux joueurs de Philippe Hinschberger, qui n'auront toutefois pas la tâche facile à la reprise du championnat puisqu'ils iront défier Marseille avant de recevoir Nice. 

J'ai honte. C'est une soirée cauchemardesque. On a manqué de tout et on s'excuse auprès des supporters, a lâché le défenseur grenat Franck Signorino. 


Samedi, Monaco a rapidement tué le suspense en ouvrant le score rapidement par Lemar, qui profitait d'une mésentente entre Falette et
Didillon, le gardien lorrain (0-1, 7). Alors que Metz se découvrait pour revenir au score, Germain a doublé la mise d'une frappe limpide de l'extérieur de la surface, inscrivant son premier but de la saison (0-2, 24).

Peu avant la pause, Silva aggravait le score du plat du pied après que Carrillo a intelligemment laissé passer le ballon (0-3, 40).
Les Messins tentaient le tout pour le tout à la reprise et passaient près de réduire le score par Doukouré (48) puis Falette (50).
Ce même Doukouré allait faciliter la tâche des joueurs du Rocher en se faisant exclure pour un tacle non maîtrisé sur N'Doram, qui avait remplacé à la mi-temps Moutinho, touché à une jambe (60). 

En infériorité numérique, Metz prenait l'eau et encaissait un penalty de Fabinho (0-4, 68), un doublé de Carrillo (0-5, 72; 0-6, 83) et un dernier but de Boschilia (0-7, 89).
- Avec AFP -

 

Réaction de Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco):

"C'est la plus large victoire à l'extérieur de Monaco en championnat de son histoire. Après le 3-0, le match est fini. Metz a toujours essayé de marquer un but, donc, ils nous ont laissé beaucoup d'espaces et avec un bon jeu de transition et un bon travail collectif, on a pu mettre sept buts. Nous sommes contents car jouer après la Ligue des champions, ce n'est pas facile. Monaco a produit un joli football sur une pelouse magnifique. On a fait un très bon mois de septembre en championnat et en Ligue des champions. Mais la saison est encore très longue. Ce n'est pas parce qu'on a gagné 7-0 qu'on ne va pas continuer à travailler pour progresser et à être ambitieux."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus