150 postes de policiers créés dans les Bouches-du-Rhône

La Préfecture de police décline les affectations par ville suite aux annonces d'Emmanuel Macron, venu défendre sur le terrain sa politique de "sécurité du quotidien". Une bonne nouvelle à surveiller selon le syndicat Alliance. 

Illustration Police Nationale
Illustration Police Nationale © Vincent Michel / MaxPPP

En déplacement ce lundi, le Président assure qu'il tiendrait son objectif de 10 000 policiers supplémentaires d'ici 2022, dont 150 à Marseille.
Le communiqué de la Préfecture détaille les futures affectations des fonctionnaires, en reprenant les engagements pris par le ministre de l'Intérieur lors de sa visite en février dernier :
- 17 policiers à Tarascon
- 13 policiers à Martigues
- 11 policiers à Vitrolles/Marignane

Ces renforts s'ajoutent aux 100 fonctionnaires déjà arrivés à la sécurité publique et à la DDSP de Marseille et aux 10 affectés à Arles. 

Pour Rudy Manna, le secretaire départemental du syndicat Alliance, il faut maintenant surveiller ces annonces :

150 policiers en plus, c'est une bonne nouvelle ! Maintenant on les attend pour les compter... Et ces 100 seront-il retranchés des mutations de septembre prochain ? Car s'il y en a 70 qui partent en septembre...

A ce propos, la Préfecture de police précise que ce sont des affectations "nettes", hors éventuels départs (mutations, départs à la retraite...)"
Pour l'instant, le syndicat compte ses collègues arrivés :
- zéro à Tarascon, mais 17 en prévision (c'est énorme, dixit Rudy Manna) 
- 5 à Martigues et 2 à Vitrolles
- 43 déjà arrivés à Marseille,  29 prévus le 10 mai

Accaparé par la gestion de la crise du Covid-19, Emmanuel Macron s'exprime pour la première fois sur le sujet depuis le lancement en février du "Beauvau de la sécurité" qu'il avait annoncé à l'automne en pleine polémique sur les violences policières. Le syndicaliste ne peut s'empêcher de rajouter :

C'est une bonne nouvelle que Macron s'intéresse à nous et parle de nous enfin, dans un petit commissariat de Montpellier à un an de la présidentielle !

Mais rajoute que si les effectifs arrivent ce sera interessant, et qu'on ne peut pas se plaindre...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité politique