Darmanin à Marseille : historique des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône

Gérald Darmanin est à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône pour trois jours de visite officielle. Le ministre de l'Intérieur vient apporter l'aide de l'Etat à la cité phocéenne, gangrenée par les réseaux de stupéfiants. Rétro sur les derniers règlements de compte de l'année.

Marseille le 6 janvier 2021. Une voiture est retrouvée carbonisée avec un corps a l'intérieur sur un chemin de terre dans les Quartiers Nord de Marseille, proche de la Cite la Castellane.
Marseille le 6 janvier 2021. Une voiture est retrouvée carbonisée avec un corps a l'intérieur sur un chemin de terre dans les Quartiers Nord de Marseille, proche de la Cite la Castellane. © Frédéric SPEICH / FTV

Le ministre annoncera jeudi le déploiement de 300 policiers, dont 100 en 2021, pour les Bouches-du-Rhône, un département qu'il sillonnera également vendredi à Rognac et Arles.

Au-delà de ces effectifs supplémentaires, c'est la stratégie de lutte contre la délinquance, et notamment les trafics de drogue, qui devrait être abordée entre les élus marseillais et le ministre.

Cette criminalité liée aux stupéfiants fait chaque année dans des règlements de compte sanglants sur fond de contrôle des quartiers, jusqu'à des dizaines de morts.

Depuis le début de l'année 2021, on recense déjà cinq morts (et deux blessés) dans autant de règlements de compte. Cinq morts en deux mois, c'est déjà 40% des victimes de 2020.

12 personnes sont mortes dans des règlements de comptes liés au narcobanditisme en 2020, dont huit à Marseille.  

Huit jours après une découverte similaire, un corps calciné est retrouvé dans le coffre d'un véhicule en feu par les marins-pompiers de Marseille.

Ces derniers avaient été appelés un peu avant 11 heures pour un feu de voiture dans le nord de la ville, chemin de Bizet, une voie discrète surplombant l'autoroute A55 dans le quartier de l'Estaque (XVIe arrondissement).

Il pourrait s'agir une nouvelle fois de ce que les enquêteurs qualifient de "barbecue marseillais" , un mode opératoire destiné à la fois à marquer les esprits en se débarrassant d'un rival de façon cruelle, et à effacer toute trace des criminels. Le 29 décembre dernier, deux corps carbonisés avaient été découverts dans un véhicule aux Pennes Mirabeau.

Quatre voitures sont regroupées en cortège pour réaliser un clip sur une passerelle dans le troisième arrondissement, lorsqu'un cinquième véhicule a surgi, dont sont sortis les assaillants.

La voiture s'est avancé jusqu'au véhicule de tête. Quatre personnes en sortent et au moins l'une d'entre elles a tiré à l'arme longue sur les occupants de la première voiture du cortège. Deux hommes sont morts par balles.

Les faits se sont produits peu avant 16 heures, à la cité de la Bricarde, dans le nord de la ville. Un homme de 33 ans est tué d’une balle dans la tête.

La victime avait des antécédents judiciaires mais "rien de très significatif", selon la procureure de Marseille, Dominique Laurens. Les enquêteurs de la police judiciaire explorent la piste d’un nouveau règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants.

Début décembre, dans cette même cité, connue comme étant un important point de trafic, un homme de 41 ans avait été battu à mort et retrouvé dans la cage d’escalier d’un immeuble.

Cette fois nous sommes à Aubagne, aux portes de Marseille. Un commando d'hommes armés débarque ce mercredi en début
de soirée dans la cité du Charrel. Le groupe, vêtu de noir et cagoulé, mène alors une opération violente au coeur de la cité aubagnaise.

Avec des armes longues, ils tirent plusieurs coups de feu entre les bâtiments. Bilan trois personnes blessées, une par balle, les deux autres pour avoir reçu des coups.

Peu de monde, peu de témoins en ce début d'après-midi quand déboule une Renault Captur, dans les quartiers nord de la ville, cité du Petit Séminaire.

A son bord trois personnes. Le commando s'arrête à la hauteur d'un homme. Plusieurs rafales de Kalachnikov sont tirées, avant que la voiture ne quitte précipitament les lieux. 

À l'arrivée des secours, l'homme a succombé à ses blessures. Il présente "deux impacts de balles sur le thorax". La victime âgée d'une trentaine d'années est inconnue des services de police. Sa mort semble toutefois bien liée au trafic de drogue, confirme une source policière.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité police à marseille drogue faits divers