VIDEO. Aix-en-Provence : quand un bourdon déclenche une alerte attentat au lycée Paul Cézanne

Un bourdon dans une classe du lycée Paul Cézanne, à Aix-en-Provence, provoque la panique et déclenche une alerte attentat. / © Google Map
Un bourdon dans une classe du lycée Paul Cézanne, à Aix-en-Provence, provoque la panique et déclenche une alerte attentat. / © Google Map

Mardi 5 novembre, une crise de panique générale, après l'intrusion d'un bourdon dans une classe du lycée Paul Cézanne à Aix, déclenche une alerte attentat. Douze policiers, armés de fusils d'assaut, ont fait irruption dans l'établissement.

Par Ludovic Moreau

Mardi après-midi, le commissariat d’Aix-en-Provence a reçu plusieurs appels au 17, émanant de parents d'élèves du lycée Paul Cézanne, évoquant des cris et une situation anormale dans l'établissement scolaire.

"Il y a eu plusieurs appels en même temps", a confié un des commissaires d'Aix, au micro de France Bleu Provence. "Alors on s'est inquiété et j'ai demandé qu'on appelle tous les équipages disponibles. Y compris la BAC." 

Très rapidement, une douzaine de policiers, armés de fusils d'assaut, ont fait irruption dans l'établissement. Ont-ils cru à une menace d'attentat terroriste ? Un exercice avait d'ailleurs eu lieu quelques semaines plus tôt, rapportent nos confrères de France Bleu Provence.

Un bourdon provoque une crise de panique

Fausse alerte, il s'agit en fait d'une crise de panique provoquée par l'intrusion d'un bourdon, dans une classe de seconde.
"On est 31 filles dans cette classe", a expliqué Romane, au micro de France Bleu Provence. "Certaines ont la phobie des gros insectes. Et le prof ne voulait pas qu'on sorte. Alors on a crié !" 

A l'étage inférieur, des élèves en cours de philosophie se sont inquiétés de ces cris de panique, ainsi que le professeur, qui a aussitôt appliqué les consignes de confinement, prévues en cas d'attentat.

Mais des élèves ont pris leur téléphone portable et envoyé des SMS à leurs familles, qui ont, à leur tour, appelé la police.

Une fois le calme revenu, un adjoint du commissaire est monté dans la classe de seconde. "Le policier nous a fait la morale", reconnaît une adolescente. "Il nous a demandé d'être plus zen la prochaine fois"

De leur côté, les policiers ont montré qu'ils pouvaient réagir très rapidement, en cas de menace d'attentat.

Sur le même sujet

Les + Lus