Arles: une aquarelle de Van Gogh volée par les nazis va-t-elle devenir l’œuvre sur papier la plus chère de l’artiste ?

L'aquarelle "Meules de blé", peinte par Vincent Van Gogh à Arles en 1888 sera vendue aux enchères, à New York, le 11 novembre prochain. La vente de l’œuvre volée par les nazis permettra de régler un litige entre deux familles juives et les héritiers du dernier propriétaire américain.

Influencé par l'art japonais, Van Gogh était à la recherche d’une lumière éclatante et chaleureuse qui révèle les couleurs comme aucune autre. Il choisit celle du Sud. Il s'installe à Arles en février 1888.

Les tableaux qu'il réalise en Provence sont souvent associés au jaune. C'est le cas de l'aquarelle Meules de blé qu'il peint en juin 1888.

"Il vénère littéralement le jaune du soleil de la Provence, et la teinte soufrée et dorée de sa lumière", peut-on lire sur le site de la Fondation Van Gogh.

C'est l’une des périodes les plus recherchées de Van Gogh, la dernière partie de la vie de l'artiste décédé deux ans plus tard.

Entre 17,2 millions et 25,9 millions d’euros

Le tableau, qui fut exposé pour la dernière fois en 1905 à Amsterdam et qui n'a jamais été reproduit en couleur, est estimé entre 20 et 30 millions de dollars (entre 17,2 millions et 25,9 millions d’euros).

Après d'âpres négociations facilitées par la célèbre maison Christie's, il a été convenu que l'œuvre serait proposée aux enchères dans la vente dédiée "The Cox Collection : The Story of Impressionism", le 11 novembre 2021. 

La vente doit régler une querelle juridique entre les héritiers des deux familles juives qui l’ont possédée durant la période nazie jusqu'en 1945, et les héritiers du dernier propriétaire, le collectionneur texan, Edwin Cox, décédé en 2020.

Meules de blé était à l'origine une étude préparatoire pour l’huile sur toile peinte une semaine plus tard. L’artiste l'a offerte à son frère Théo.

Une histoire mouvementée

L'œuvre est ensuite vendue par sa veuve au collectionneur parisien Gustave Fayet en 1907 et, 6 ans plus tard, à un industriel berlinois, Max Meirowsky.

Sous la menace nazie, le collectionneur juif fuit l'Allemagne en 1938 pour Amsterdam. Il confie l'œuvre à un marchand d'art allemand qui la vend peu après à Alexandrine de Rotschild, de la célèbre famille de banquiers juifs, installée à Paris. Laquelle s'enfuit à son tour en Suisse quand la guerre éclate.

Récupérée par les nazis, l'oeuvre se retrouve en Autriche, mais on perd sa trace après la guerre. Jusqu'à ce qu'en 1979. Un magnat du pétrole en fait l'acquisition en toute discrétion.Il la conservera précieusement chez lui à l'abri des regards, à la seule connaissance de ses proches.

Ce n'est qu'à son décès l'an dernier, avec la vente de sa fabuleuse collection d'art, que l'œuvre refait surface. Et que les héritiers Meirowsky et de Rotschild tentent de faire valoir leurs droits sur le tableau. 

L'œuvre sur papier la plus chère de Van Gogh

Les trois parties ont finalement trouvé un accord pour se partager les fruits de la vente chez Christie's. Même si elle est adjugée sur l'estimation la plus basse de 20 millions de dollars, cette aquarelle devrait alors l'œuvre sur papier la plus chère de Van Gogh.

Le record à battre est celui de La moisson en Provence, vendue chez Sotheby's, à Londres, en 1997 en moins de deux minutes, pour 14,6 millions de dollars. Une autre aquarelle de Van Gogh peinte à Arles en juin 1888, un jour ou deux après Meules de blé.

Le prix le plus élevé jamais atteint par un Van Gogh est de 26 millions de dollars, il s'agit de l’huile Sous Bois, vendue à New York en 1995.

En février 1888, Vincent Van Gogh quitte Paris pour Arles. Il vient y chercher cette lumière du Midi que lui a vantée Henri de Toulouse-Lautrec. Il parcourt à pied la région et peint des paysages, des scènes de moissons et des portraits. 

En mai-juin, il se rend aux Saintes Maries de la Mer. Il y séjourne une semaine durant laquelle il peint deux marines, une vue du village et plusieurs dessins de cabanes de gardian.

Il se lie également d’une amitié tumultueuse avec Paul Gauguin, qui vient le rejoindre en octobre 1888. Deux mois plus tard, une crise éclate entre les deux hommes.

Van Gogh se coupe l’oreille dans un accès de folie et peint quelque temps après son fameux Autoportrait à l’oreille bandée. En 1889, Van Gogh intègre l’asile de Saint-Rémy-de-Provence où il reste très prolifique et peint notamment sa grande série de peintures de champs de blé.

Aujoud'hui, les œuvres de Vincent Wilhem Van Gogh sont estimées entre 200.000 euros et 78 millions d'euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
peinture culture art économie