Le Campagnol amphibie et le Pélobate Cultripède, espèces menacées de retour dans les Marais des Baux

Le Campagnol amphibie est sur la liste rouge des espèces menacées. / © David Perez A Rocha France
Le Campagnol amphibie est sur la liste rouge des espèces menacées. / © David Perez A Rocha France

L'association de protection de la nature A Rocha France à Arles a constaté le retour de deux espèces menacées dans les Marais des Baux. Une bonne nouvelle pour la biodiversité dans les Alpilles.

Par Annie Vergnenegre

L'Arvicola sapidus, pointe à nouveau son museau dans les Alpilles. Les dernières traces du Campagnol Amphibie remontait à 2010 dans les marais des Baux. L'association A Rocha France à Arles se réjouit donc des preuves, crottes et restes alimentaires, attestant de la présence d'une forte population du rongeur dans le marais d'Ilon.

Vulnérable à l'échelle mondiale


Ce rongeur discret est protégé en France depuis 2012. Il est classé « quasi menacé » sur la liste rouge française des espèces menacées et « vulnérable » à l’échelle mondiale. "Tout porte à croire qu’il se plait particulièrement bien dans les derniers marais des Alpillese, note l'association dans un communiqué.

Des habitats menacés​


Avec les fortes pluies de ces derniers jours, c'est le Pélobate Cultripède qui a fait son grand retour. Sous ce nom étrange se cache un petit crapaud que l'on croyait totalement disparu localement depuis plus de 15 ans.
"Dans la nuit du 12 avril dernier, une belle femelle de Pélobate Cultripède, Pelobates cultripes, a été photographiée par un groupe de bénévoles de l’association",  indique A Rocha France.
Une femelle Pélobate Cultripède photographiée par un bénévole de A Rocha France. / © Thomas Altherr – A Rocha France
Une femelle Pélobate Cultripède photographiée par un bénévole de A Rocha France. / © Thomas Altherr – A Rocha France
Le Pélobate "a la particularité de pouvoir s’enterrer rapidement dans le sable grâce à des « couteaux » placés sur ses pattes arrière. Il peut vivre plus de 10 ans et attend patiemment la météo propice pour sortir de sa cachette" explique l'association, précisant qu' il "subsiste seulement dans quelques dizaines de localités de notre région".

Le Campagnol comme le Pélobate souffrent de la dégradation de leur habitat, créé par l'assèchement et la pollution des zones humides, et la mauvaise gestion des pelouses et prairies. Ils sont aussi menacées par la prédation des espèces introduites comme le rat surmulot et l'écrevisse américaine. Le marais de l’Ilon, où les deux espèces semblent avoir trouvé un nouveau refuge est partiellement classé en réserve naturelle régionale, propriété du Conservatoire du Littoral depuis 2017.

conflit des salariés de McDonald's Saint-Barthélémy

Les + Lus