• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Corrida “goyesque”, novillada et clôture: tous les résultats de la Feria d'Arles

Le caballero Pablo Hermoso de Mendoza, les matadors El Juli et Juan Bautista ont chacun coupé deux oreilles samedi lors de la corrida de la feria du riz à Arles, célébrée selon le style "goyesque". / © Maxppp
Le caballero Pablo Hermoso de Mendoza, les matadors El Juli et Juan Bautista ont chacun coupé deux oreilles samedi lors de la corrida de la feria du riz à Arles, célébrée selon le style "goyesque". / © Maxppp

Alberto Aguilar a été le seul ce dimanche à couper une oreille, devant des toros de Cebada Gago, pour la corrida de clôture de la feria du riz à Arles. Le caballero Pablo Hermoso de Mendoza, les matadors El Juli et Juan Bautista avainet eux coupé deux oreilles samedi lors de la "goyesque".

Par Anne Le Hars

Très bien présenté, mais avec des tempéraments très divers et un danger dominant, le lot a réclamé de la part des trois toreros beaucoup d'efforts constants. Avec des comportements qui réclamaient une vigilance de tous les instants, le bétail a permis au maestro de montrer un engagement parfois poignant.

Après une première faena volontaire mais haché, Fernando Robleño, par la suite, a tenté avec cran de canaliser le danger sans grand succès.
Héritant des deux pensionnaires les plus violents de l'après-midi, Alberto Aguilar, a déployé dans chacun de ses combats une vaillance supérieure, toréant avec une sincérité manifeste. Particulièrement navrant avec l'acier face à son premier adversaire, il a pu cependant, devant le toro suivant, récolter le fruit des efforts dispensés chaque quart d'heure.

Ce fut une journée sans brio pour Mehdi Savalli. Très ardent, l'Arlésien, face à un adversaire éteint d'abord, n'a pu, en fin de corrida, que se résoudre à abréger devant le comportement du dernier toro de la feria.
  • Arènes d'Arles: corrida clôture de la feria du riz 
  • Fernando Robleño: silence et un avis avec silence 
  • Alberto Aguilar: deux avis avec silence et un avis avec une oreille 
  • Mehdi Savalli: saluts et applaudissements 
  • Bétail: toros de Cebada Gago irréprochables en présentation, manifestant des comportements divers et possédant pour la plupart un danger aigu
  •  
El Juli. / © Maxpp
El Juli. / © Maxpp

Six oreilles pour la corrida "goyesque"

Le caballero Pablo Hermoso de Mendoza, les matadors El Juli et Juan Bautista ont chacun coupé deux oreilles samedi lors de la corrida de la feria du riz célébrée selon le style "goyesque".
Avec le bétail de Los Espartales et Parladé donnant dans l'ensemble un jeu toujours intéressant, l'après-midi a connu de beaux moments de brio et de relief. Avec une technique toujours souveraine et des chevaux déployant une virtuosité étonnante, Pablo Hermoso de Mendoza, dans son dernier combat principalement, a une nouvelle fois étalé sa maîtrise et sa technique. 

Avec El Juli, qui a d'abord composé une faena quelque peu saccadée, les aficionados ont retrouvé par la suite le maestro dans toute sa plénitude. Avec pouvoir et au cours d'une faena instrumentée avec une muleta très dominatrice, le madrilène a offert un combat de haut niveau et de grande transmission. Après avoir hérité d'un premier adversaire hélas handicapé, Juan Bautista a pu, à son tour, délivrer une démonstration vibrante. Toréant sur un rythme soutenu,
composant des séries très colorées et parachevant son combat d'une superbe estocade, il a confirmé sa vaillance et son rang.   
  • Arènes d'Arles: première corrida de la feria du riz
  • Pablo Hermoso de Mendoza: une oreille et une oreille
  • El Juli: silence et deux oreilles
  • Juan Bautista: silence et deux oreilles
  • Bétail: toros de Los Espartales et Parladé, donnant un jeu toujours intéressant

Huit oreilles pour la novillada matinale

Pour la novillada matinale de la feria du riz à Arles, huit oreilles au total ont été coupées dimanche par les jeunes toreros venus combattre un lot de l'éleveur français Robert Margé.

Même si le nombre des trophées est excessif par rapport au niveau des combats, la physionomie générale de ce rendez-vous a toujours été d'un intérêt relevé. Ce succès général, les aficionados le doivent en grande partie au bétail de Margé. Irréprochable en présentation, ce lot, par sa mobilité et son comportement, a permis des faenas sans aucune baisse de tension.

Très ardent tout au long de la matinée, Lilian Ferrani, originaire d'Arles, a montré dans chaque phase son engagement et sa sincérité. A ses côtés, le Vénézuélien Manolo Vanegas a étonné le public par la qualité de son toreo. Réfléchi, avec des faenas jalonnées de gestes d'un excellent goût, montrant son autorité et sa personnalité, il a convaincu par le style de sa muleta et son pouvoir.

Le jeune novillero Andy Younes, l'autre Arlésien de l'affiche, a apporté une nouvelle preuve de ses ambitions. Avec un remarquable sang-froid, de la vaillance et un grand sens des responsabilités, il a confirmé le niveau de ses prestations depuis le début de la temporada, toréant avec sensibilité et expression. 
  • Arènes d'Arles: novillada matinale de feria du riz
  • Lilian Ferrani: tour de piste et une oreille
  • Manolo Vanegas: une oreille et deux oreilles
  • Andy Younes: deux oreilles et deux oreilles
  • Bétail: lot de Robert Margé, très bien présenté, possédant de la mobilité et du tempérament - avec AFP -

A lire aussi

Sur le même sujet

Enrico Macias

Les + Lus