A Marseille les croisières reprennent après plus d'un an d'arrêt

Après plus d'un an et demi d'arrêt le Costa Smeralda et le MSC Seaside ont repris le large ce dimanche 4 juillet depuis le port de Marseille, premier port de croisière français. Les deux paquebots accosteront une fois par semaine cet été.
Un peu plus de 2000 passagers ont embarqué à bord du Costa Smeralda
Un peu plus de 2000 passagers ont embarqué à bord du Costa Smeralda © FRTV/ Jean-François Fuster

C'est une joie pour les habitués de croisières ! Après un an et demi d'arrêt, deux paquebots le Costa Smeralda et le MSC Seaside reprennent enfin le large depuis le port maritime de Marseille, premier port français de croisière. 

"Une semaine c'est court mais bon c'est toujours ça. " dit une passagère du Costa, elle en est à sa 27ème croisière. Un peu plus loin, un groupe de seniors ont vu leur excursion annulée quatre fois l'année dernière, ils s'apprêtent à embarquer à bord du Costa Esmeralda : "on est très heureux de partir même si les conditions sont particulières. Il y a des contraintes, on va être privés d’une passion, c’est la danse ! Malheureusement la danse n’est pas autorisée pendant le séjour."

Un protocole sanitaire strict 

Pas de danse, pas de piscine, les compagnies de croisière ont choisi d'appliquer un protocole sanitaire strict.  Leur capacité d'accueil est réduite à un maximum de 70% de passagers afin de garantir la distanciation sociale à bord des paquebots.

Ce dimanche le Costa-smeralda et le MSC-seaside ont pris le large avec une jauge à 50%, dont près de 2000 français. En temps normal ils peuvent accueillir plus de 6000 personnes.  "Si toutes les conditions sont réunies ont augmentera progressivement la jauge" ajoute Raffaele d’Ambrosio vice-président europe du nord costa croisières

Les croisiéristes peuvent embarquer seulement sur présentation d'un test antigénique négatif et le port du masque est obligatoire tout au long du voyage. 

Des croisiéristes attendent d'embarquer à bord du Costa Smeralda
Des croisiéristes attendent d'embarquer à bord du Costa Smeralda © FRTV/Jean-François Fuster

Des excursions bulles à terre

Le potrocole sanitaire se poursuit à terre en effet, les passagers ne peuvent pas descendre du bateau sans avoir une excursion validée par l'opérateur.  "Il s'agit d'excursion bulle", précise Jean-François Suhas Président du club de la croisière.

Des excursions en petits groupe de 35 personnes maximum.  "Si un groupe prend un bus, le chauffeur est testé, s'il y a une sortie dans un musée ou un déjeuner dans un restaurant, l'espace est privatisé.", ajoute Jean-François Suhas. 

Une escale par semaine 

C'est l’escale à Marseille, dimanche 27 juin,  d’un navire de la compagnie italo-suisse MSC qui a servi de croisière-test. A son bord il y avait 339 passagers, alors que le bateau peut en accueillir 5 000. C'était la première étape d'une reprise d'activité qui a commencé officiellement le 30 juin.

Au total, 36 escales sont prévues sur les mois de juillet et août pour les deux compagnies. Soit deux bateaux par semaine le dimanche.  Avant la crise sanitaire, deux bateaux par jour accostaient avec plus d'un million de passagers par an.  

Un secteur vecteur d'emplois 

Cette reprise d'activité satisfait les représentants du secteur : « nous pourrons à nouveau contribuer au dynamisme de la cité phocéenne et, plus largement, à la reprise des activités touristiques ainsi qu’au rayonnement du littoral français." déclare Erminio Eschena  Président de CLIA France, (Cruise Lines International Association, une association commerciale de croisiéristes). 

Au delà des voyages, les croisières au port maritime de Marseille représentent 2000 emplois directs. En 2019, l’activité croisière a rapporté 375 millions d’euros sur le territoire Marseille-Provence.

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grand port maritime économie transports transports maritimes