"Coup de force" du cirque Muller : la mairie de Berre l'Étang donne finalement l'autorisation d'installation

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gyotis Delsart

Le cirque Muller s’est installé dans la soirée du lundi 24 avril sans autorisation sur un parking de Berre l'Etang. Mise "sur le fait accompli", la mairie a verbalisé le convoi avant de délivrer une autorisation d'installation provisoire.

La mairie de Berre-l'Etang dans l'impasse. Dans la soirée du lundi 24 avril, le convoi du cirque Muller avec animaux sauvages a posé ses valises sur un parking de la ville de Berre l'Etang, sans autorisation.

"C’était urgent pour les animaux, on ne savait pas où on pouvait s’arrêter et on connaissait ce terrain" , justifie Franck Muller le directeur du cirque.

Une installation qui n’a pas été au goût du maire de la ville, Mario Martinet, puisqu’il a verbalisé le cirque. "Il détient des animaux sauvages et nous avons décidé depuis longtemps d’interdire ce type de cirque pour protéger ces animaux", explique le maire.

Jeudi 28 avril, la mairie de Berre l'Étang a finalement pris un arrêté pour autoriser l'installation du cirque Muller. "C'est une autorisation provisoire, jusqu'au lundi 2 mai", réagit Mario Martinet. "Ils nous ont mis devant le fait accompli. Ils nous ont fait le coup de force".

Sur l'arrêté que nous avons pu consulter, le cirque Alexandre Muller est autorisé à rester sur le terrain avenue Fernand Leger du jeudi 28 avril au lundi 2 mai. Deux spectacles sont prévus, samedi et dimanche.

Le cirque Muller refoulé des plages de Marseille

Plus tôt dans la journée du lundi 24 avril, un convoi du cirque avait tenté de s’installer sur les pelouses du Prado dans le 8eme arrondissement de Marseille, avant d’être bloqué par la police.

Le 15 mars dernier la ville avait pris un arrêté pour interdire la venue du cirque Muller à Grand Littoral dans le 15e arrondissement.

Franck Muller nous confirme qu'il existe sept cirques Muller. Le cirque installé à Berre l'Etang serait le même qui a été chassé de Grand Littoral. 

 Un bras de fer entre la ville et le cirque

Mercredi 27 avril lors d’une consultation entre la municipalité et le cirque, la préfète de police aurai affirmé qu’aucune commune dans le département ne pouvait interdire l’accueil de spectacle itinérant sur le domaine public, selon Franck Muller. "Il faudra un refus motivé", précise  le directeur du cirque qui a assisté à cette réunion. 

En toile de fond de cette opposition entre les mairies et le cirque il y a la loi du 30 novembre 2021 sur la maltraitance animale.

Elle prévoit d'interdire d'ici 2028 la détention et le spectacle d'animaux sauvages dans les cirques itinérants (et d'ici 2023 l’acquisition et la reproduction de ces animaux). Des solutions d'accueil devront être proposées pour recueillir les animaux. 

"Pendant sept ans on a le droit de présenter nos spectacles en toute légalité", déclare William Kerwich, président du syndicat des capacitaires d’animaux et de spectacle. 

Marseille engagée contre les cirques

Abandonner les cirques fait parti de la politique et des engagements du maire de la ville, Benoît Payan : "le maire de Marseille avait fait un vœux en conseil municipal, évidemment nous sommes en avance sur la loi, en interdisant les animaux sauvages dans les cirques et les animaleries" , précise Christine Juste, adjointe en charge de l'environnement et des animaux à la ville de Marseille. 

En attendant cette loi, le cirque devrait être autorisé à installer son convoi et ses animaux à Marseille. Franck Muller prévoit un retour dans la cité phocéenne lundi ou mardi de la semaine prochaine. Le lieu exacte est encore en discussion avec la municipalité. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité