Tout ce qu’il faut savoir sur la Fièvre West Nile en Paca

Après Zika et le Chikungunya, un nouveau virus fait parler de lui en Paca, la Fièvre West Nile ou Fièvre du Nil occidental. Depuis le 7 juillet, 22 cas ont été identifiés en France, tous localisés en Paca. Voici ce qu'il faut savoir sur ce virus qui connaît une ampleur exceptionnelle cette année.
Le moustique Culex est responsable de 22 cas de la Fièvre West Nile en Paca.
Le moustique Culex est responsable de 22 cas de la Fièvre West Nile en Paca. © H. Gehlken/picture alliance / Arco Images G/Newscom/MaxPPP

Apparu en 1937


La Fièvre West Nile (FWN) ou Fièvre du Nil occidental est une maladie virale. Le premier cas a été identifié chez une femme en Ouganda,  en 1937, sur les bords du Nil, d’où son nom.
Depuis le virus a circulé à travers l’Europe. Il se concentre principalement à l’Est du continent.
 

Transmis par le Culex


Le moustique vecteur du virus West Nile c’est le Culex, le moustique dit « commun » ou "domestique" car c'est celui qui est le plus répandu en France. C'est la femelle qui pique, aussi bien en pleine journée que la nuit.

Le virus circule grâce aux oiseaux migrateurs venus d'Afrique. Quand un moustique pique un oiseau infecté, il peut transmettre le virus à l’homme. A l’homme mais aussi aux mammifères… les chevaux ou les chiens.Contrairement au Chikungunya, l’homme et le cheval ne peuvent pas transmettre le virus au moustique, on parle de "cul de sac épidémiologique".
 

22 cas en Paca


22 cas autochtones dûs au moustique ont été identifiés en France depuis le 7 juillet. Ils sont tous localisés en Paca : 9 hommes et 13 femmes âgés de 17 à 79 ans :
► 19 ont été piqués dans les Alpes-Maritimes,
► un  à Caumont-sur-Durance dans le Vaucluse, 
► et un à Marseille dans les Bouches-du-Rhône."Deux malades n’ont eu aucun signe de la maladie, 16 ont eu des signes modérés avec de la fièvre, et quatre ont présenté des troubles neurologiques et ils ont du être hospitalisés", indique le Dr Samer Aboukais, médecin du service de veille et sécurité sanitaire ARS Paca.

Par respect du secret médical, l’ARS ne veut pas indiquer si elles sont toujours hospitalisées ou si elles souffrent de séquelles,  "mais elles sont toutes en voie de guérison" assure l'ARS.


Souvent asymptomatique


Dans 8 cas sur 10, la maladie passe inaperçue, il n’y a aucun symptôme. Parfois, le malade présente les signes de la grippe : fièvre brutale, douleurs musculaires et maux de tête.

Si on a des signes comme une fièvre au-dessus de 38,5, il faut consulter un médecin, 

souligne le Dr Aboukais.

"Dans les formes graves, le virus peut entraîner une encéphalite, une méningite, une méningo–encéphalite ou une atteinte des nerfs périphériques", explique le médecin de l’ARS qui précise : 

les formes graves ne concerne que 1% des cas. 


En progression en Europe


La progression du virus en France rejoint la situation en Europe, selon  le Dr Samer Aboukais, la circulation est plus précoce et de plus grande ampleur que les années précédentes. Au 4 octobre, dans l’Union Européenne, on a dénombré cette année 1317 cas, dont 142 morts. 

C’est en Italie que la situation est la plus préoccupante avec 495 cas de Fièvre West Nile. 36 personnes sont décédées cette année. La Grèce et la Roumanie sont aussi très touchées.
► 283 cas en Grèce dont 34 mortels
► 265 cas en Roumanie dont 36 mortels.
 

Des contrôles renforcés


Le nombre important de cas rapprochés en Paca montre que le virus circule.

On sécurise les dons de sangs et les dons d’organes car le virus peut aussi être transmis par du sang contaminé. Les contrôles ont été renforcés sur les dons de sang et les greffes d’organes dans les départements où les cas ont été signalés 

 indique le Dr Samer Aboukais.
 

Au moins jusqu’à fin novembre


Il n’existe pas de traitement ni de vaccin. "Le meilleur moyen de se protéger du virus, c’est de faire barrage aux moustiques"» rappelle le médecin du service de veille et sécurité sanitaire ARS Paca. Il ajoute : "D’habitude, la période d’activité du moustique Culex va de juin à fin octobre, mais compte tenu des conditions météo actuelles, la surveillance est prolongée, au moins jusqu’au 31 novembre".




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca santé société