Ce que l'on sait de l'interpellation de croisiéristes brésiliens avec 95 kg de cocaïne dans leurs valises à Marseille

La douane a saisi 95 kilos de cocaïne sur un bateau de croisière à Marseille le 2 mai. Des cartels de São Paulo aux réseaux mafieux européens, voici ce que l'on sait de cette affaire rocambolesque.

Coke en stock sur un bateau de croisière. Une saisie exceptionnelle de 95 kg de cocaïne a été effectuée par les douanes sur le navire Costa "Favolosa", amarré dans le port de Marseille, le 2 mai dernier. L'histoire de cette saisie, révélée par nos confrères de La Provence, est digne d'un scénario de film. France 3 Provence-Alpes revient sur l'une des saisies de cocaïne la plus importante à Marseille ces dernières années.

  • Un sac à la mer intrigue les vigiles

Tout commence le 2 mai au matin. Le bateau Costa Favolosa, petite ville flottante de 290 mètres de long et doté de 1 500 cabines, est en escale à Marseille après être parti de Savone, en Italie, et avoir fait escale à Barcelone. Parmi les passagers qui débarquent à Marseille, une jeune femme brésilienne et son "petit copain". Ils ont alors une valise à roulettes avec eux. Lorsque la sécurité veut les contrôler, ils rebroussent chemin. Une heure plus tard, la femme revient avec un sac à dos. Elle fait une fois encore marche arrière lorsque les vigiles lui demandent d'ouvrir son sac. Elle jette alors son sac par-dessus bord. A l'intérieur : 8,4 kg de cocaïnes sont découverts. 

  • Les douaniers découvrent 84 kg de cocaïne sous le lit

Les douaniers perquisitionnent alors la cabine du "couple" en question. Ils trouvent dans un tiroir un récépissé de la réservation d'une autre chambre dans le même bateau, aux noms de deux autres femmes brésiliennes, absentes au moment de la perquisition. Mais dans la cabine se trouve le "copain" de la première Brésilienne interpellée, planqué. Et plus encore. Sous le lit, les douaniers découvrent six sacs contenant 86,4 kg de cocaïnes. 

  • Quatre "mules" brésiliennes interpellées

Au total, quatre personnes âgées de 26 à 31 ans, ont été interpellées : le premier "couple", ainsi que les deux femmes brésiliennes absentes lors de la perquisition. Au terme de 96 heures de garde à vue, les enquêteurs démêlent l'histoire. Les mules étaient en fait en contact avec un Brésilien, qui donnait les consignes.

Les deux Brésiliennes "au physique d'instragrameuses", se faisant passer pour des touristes dans Marseille, ont été guidées jusqu'à un hôtel, où un homme les attendait. Il les a ensuite amenées jusqu'à un Airbnb rue Sainte, où elles ont livré des sacs. Alors qu'elles se trouvaient toujours dans la ville, les deux femmes ont été mises au courant de l'interpellation de leurs complices sur le navire, elles sont alors revenues chercher les sacs sous le lit, "le gros de la coke". Trop tard. Elles sont interpellées.

Au cours de l'audition, les quatre Brésiliens ont reconnu avoir été recrutés à ã Paulo par un des puissants cartels sud-américains qui approvisionnent les réseaux mafieux en Europe, rapporte la Provence.

  • Encore des points d'interrogation

Pour le moment, les enquêteurs n'ont pas élucidé l'identité de l'intermédiaire qui a mené les deux Brésiliennes dans l'appartement Airbnb, ni celle du client, ni-même le contenu des sacs livrés dans la journée. Les quatre suspects n'ont pas détaillé la manière dont la drogue leur avait été transmise ou s'ils ont l'habitude d'opérer ensemble. 

  • Une information judiciaire ouverte

Une information judiciaire a été ouverte le 6 mai pour "important te trafic international de stupédiants en bande organisée". Les suspects ont été placés en détention provisoire. ll s'agit d'une des saisies de cocaïne la plus importante à Marseille ces dernières années. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité