• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Edouard Philippe à Marseille : “personne ne veut revenir” sur la décentralisation

Le premier ministre Edouard Philippe durant le congrès des régions au palais du Pharo à Marseille le 27 septembre 2018 / © Sylvie Depierre / France 3 PACA
Le premier ministre Edouard Philippe durant le congrès des régions au palais du Pharo à Marseille le 27 septembre 2018 / © Sylvie Depierre / France 3 PACA

Ce jeudi au palais du Pharo à Marseille, le premier Ministre Edouard Philippe a affirmé que "personne et surtout pas le gouvernement" ne veut revenir sur la décentralisation, en réponse aux élus locaux en colère qui accusent l'exécutif de mener une politique de "recentralisation".

Par E.E avec AFP

À l'occasion du congrès des régions qui se tient au palais du Pharo à Marseille, le premier ministre Edouard Philippe a martelé dans une longue intervention sa volonté de rétablir le dialogue avec les collectivités, tout en maintenant le cap fixé par l'exécutif.

"Personne ne veut revenir sur la conception décentralisée de la République, et surtout pas le gouvernement", a-t-il assuré en réponse aux critiques des élus. 

Mercredi soir, plus d'un millier d'élus locaux, maires, présidents de régions et de départements ont lancé un appel pour une relance de la décentralisation et "une concertation sincère avec l'État", à l'occasion du congrès des régions.
 

Le chef du gouvernement s'est donc attaché à répondre point par point à cet appel en faveur des libertés locales lancé par les trois grandes associations d'élus (Régions de France, Assemblée des départements (ADF), Maires de France (AMF).

"Je ne nie pas l'ampleur des efforts que l'État vous demande", mais "mon objectif et de faire en sorte que le cap fixé par le président de la République soit tenu", notamment en matière de maîtrise des dépenses, a-t-il dit.

Le Premier ministre était très attendu par les élus locaux, qui ont exprimé, toutes tendances politiques confondues, leur "profond malaise" de n'être pas écoutés ni même consultés sur des politiques qui les concernent directement.
 

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus