Ils imitent les grives et les merles : à Marseille, un concours européen de chants d'oiseaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Inès Guillemot .

Leur passion : dialoguer avec les oiseaux. Alain Saragossa, Christophe Manivet, Sébastien Mugavero et Jean-Paul De Filippi, joueurs de chilet - le terme provençal pour désigner l'appeau - représentent la France aux championnats d'Europe d'imitation des chants d'oiseaux, ce samedi 11 juin, au château de la Buzine à Marseille.

Déjà champions d'Europe en 2019, les quatre musiciens affrontent des joueurs de chilet italiens et espagnols, dans une compétition fondée en 1998. Ils sont tenants du titre ; le tournoi ayant été annulé en 2020 et 2021 pour cause de crise sanitaire.

A tour de rôle, chacun des "chileurs" reproduit le son d'une espèce : le merle, la grive musicienne, la grive mauvis et un oiseau de son choix. Le jury, isolé, conclut à l'oreille à la sonorité qui lui semble le plus ressemblante. "Le but est d'atteindre la perfection de l'oiseau", commente Eric Camoin, le président de l'association nationale de défense des chasses traditionnelles à la grive (ANDCTG), qui gère désormais le concours.

Le geste ne souffre aucune imprécision ; tous le comparent à celui d'un musicien, avec ses sonorités "plus ou moins graves", "intenses" ou "claires"... "Tout se fait par aspiration. On ne souffle pas dans l'appeau. La gorge, la glotte et la langue bougent, faisant sortir des sonorités; souvent très étonnantes ; des roulés, des graves, des aigus", évoque Christophe Manivet, Marseillais, double champion européen.

Tradition provençale

La pratique, singulière, est surtout répandue dans le bassin méditerranéen, "là où les oiseaux passent du temps pendant leurs migrations", note-t-il encore. Il existerait une petite dizaine d'écoles en Provence, avec une vingtaine d'élèves, soit près de 200 pratiquants, selon l'association nationale de défense des chasses traditionnelles à la grive (ANDCTG), qui gère désormais le concours. Une tradition d'abord provençale. "La première entreprise de fabrication d'appeaux a été créée à Carpentras dans les années 1860", indique Eric Camoin, pour qui le choix du château de la Buzine vient à point nommé, rappelant "Marcel Pagnol et le patrimoine provençal".

Au départ un mode de chasse, le chilet n'est plus réservé aux chasseurs, au contraire, précise Eric Camoin. "Nous pratiquons le chilet essentiellement au printemps, hors des périodes de chasse".

Christophe Manivet, lui, a commencé l'appeau il y a sept ans. Son goût du défi, mais surtout "le temps passé dans les collines" autour de Marseille l'ont poussé à devenir chileur. "La première fois que j'ai essayé, c'était dans une foire de Provence", se souvient ce Marseillais de 49 ans, décrivant depuis "des instants uniques" de "dialogue" avec des oiseaux. "J'entends un merle de l'autre côté de la colline. Je l'appelle, il vient tout près, à quelques mètres. C'est merveilleux ; un moment d'osmose avec la nature".

Pour en arriver là, dans la compétition européenne, Christophe Manivet s'est entraîné deux années durant, "deux heures par jour". Aujourd'hui, il se passionne particulièrement pour la grive musicienne, "la plus difficile", aux sonorités les plus "délicates".

"C'est comme une langue, qui permet de dialoguer avec les oiseaux".

Ce samedi au Château de la Buzine, c'est à nouveau l'équipe française qui l'a emporté. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité