La Marseillaise à pétanque 2022 : Dubois se fait peur après une remontée de Salvador

Publié le
Écrit par Laura Cadeau

Alors que la triplette expérimentée de Nîmes composée de Vigo, de Tyson et de Ligan s'apprêtait à faire Fanny, l'équipe Salvador a fait une spectaculaire remontée. Résultat : 13 à 9 pour Dubois. Avec une petite frayeur.

"Allez, va doucement Tyson, fais de la place !" lance David Doerr dit "Ligan" à son coéquipier tireur. "Bien bonhomme" le félicite Antoine Dubois, dit "Vigo", juste après son lancer. Mais un bouchon sorti par l'équipe nîmoise vient annuler la première mène devant un public nombreux, assis dans les gradins ombragés.

On sent l’équipe Salvador, vêtue d'un polo bleu marine, plus réservée et plus dans l'analyse du jeu face aux détendus et imposants Dubois, en tee-shirt. Joseph Molinas, dit "Tyson", lance la dernière boule de la deuxième mène tout près du bouchon. L'équipe, vainqueur de la Marseillaise en 2018, mène alors 4-0.

Dubois déroule en première partie

En début de mène 3, alors que Vigo vient de faire un quasi biberon, il se fait éjecter par Salvador puis enchaîne par un mauvais coup. Sa boule est plombée au sol et ne rebondit pas comme elle aurait dû. Les aléas d'un terrain de pétanque qui permettent tout de même à la triplette Dubois de continuer sur sa lancée : 5-0.

"Ah tu aurais dû l’avoir [le point]" charrie Ligan, un lion couronné sur le mollet en guise de tatouage, après un tir manqué de Laurent Salvador. Le montpelliérain lui sourit en retour à pleine dent. L'ambiance est à la fois courtoise et bon enfant.

La mène suivante est expéditive : 8-0. "Tire les deux boules dedans fada et c’est fini, on n'en parle plus" lance un sexagénaire, assis dans sa chaise pliante, un masque à l’effigie de Johnny Hallyday sur le visage. Et ça ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd. Tyson s'exécute.

Dubois décontracté face à Salvador concentré

Mène 5 : Les équipes se rendent coup pour coup, comme pour ne pas se laisser impressionner. Chaque boule adverse est agantée sous les applaudissements du public, avant que Salvador ne soit le premier à manquer son coup, puis à enchaîner les mauvais. Il laisse échapper un soupir. "Ce n’est pas déjoué non plus !" tente de le rassurer son coéquipier tireur.

De leur côté, la triplette Dubois est détendue : "Tu peux nous laisser nous concentrer, tu nous sors de la partie" blague Ligan à un spectateur. "Oh arrête de faire le mariole" plaisante le vieux monsieur en retour.

"Allez père, lève le bras" lance Vigo, en short jaune et un chiffon abîmé entre les mains, à Tyson pour son dernier tir. L'équipe Dubois rajoute trois points au compteur puis un autre, la mène suivante. Score : 12 à 0, face à la triplette Salvador.

La septième mène devait logiquement être la dernière. Mais non, pas de Fanny ! 12 à 2.

Une mène 8 tendue relance la partie avec 6 points gagnés d'un coup

C'est une mène qui marque un tournant dans la partie. C'est à son deuxième essai que Tyson fait carreau, après que le premier ne manque de finir dans les pieds d'une spectatrice. Vigo fait bouchon, aussitôt agantée par le tireur à la casquette de l'équipe adverse. Laurent Salvador a un sourire en coin. Les montpelliérains prennent six points et reviennent 12 à 9.

Le score resserré, Dubois change de visage. Salvador, lui, reste impassible. Les nîmois ne sont pas d’accord sur la tactique à prendre. Un arbitre, chronomètre en main, vient couper court à la discussion. "Il ne vous reste plus que 10 secondes" lance-t-il à Tyson, qui réussit finalement son coup. Le pointeur Salvador rate celui d’après et le stress change de camp.

Score final : 13 à 9 pour la triplette Dubois

Le terrain est désormais entouré de monde. C’est dans cette neuvième mène que tout peut et va se jouer. "Et voilà" lâche le tireur Salvador après un lancer manqué. Il le sait, la partie leur échappe.

"On n'a pas trop mal joué mais sur certaines mènes, c'est un scandale ! On avait 4 ou 5 boules contre une et on en n'a pas profite !" regrette Salvador à l'issue de la partie.

"On a eu très chaud ! Les 3 dernières mènes, on a un peu bricolé ! On s’est laissé déconcentrés par les photos" sourit Dubois avant de dédicacer la chaise pliante de la personne âgée qui n'avait cessé, tout le match, de taquiner la triplette.