La Marseillaise à pétanque 2022 : Foyot déroule au 4e tour 13 à 1

Face à l'équipe marseillaise Santiago, le sextuple champion de la Marseillaise a déroulé sa partie sans encombre. Une bonne remise en jambe pour cette nouvelle triplette Foyot en ce lundi matin.

"T’as bien dormi Marco ?" demande un bouliste. "Ah il fait déjà chaud", lui répond le capitaine, dont le dernier succès à la Marseillaise remonte à 2002. Et dès la première mène, les équipes Foyot comme Santiago se rendent les coups. Carreau sur carreau. Histoire de bien rentrer dans le match ! 2-0 pour Foyot qui prend la main.

"T’as manqué ton départ Armand, toi dès que je te laisse tranquille, tu fais n’importe quoi", taquine Marco. Le pointeur de l'équipe, Armand Sanvers, n'a pas l'air dans son assiette mais les équipers n'hésitent pas à s'encourager et à se conseiller à haute voix.

Foyot déroule sur un terrain technique

L’équipe jaune, elle, est plus discrète. Elle échange quelques messes basses pour mettre au point leur tactique. Le jeu n’est pas si facile que ça, l’équipe bleue tatillonne sur la qualité du sol. "Sur les trottoirs, avec des graviers, des bosses et de l'herbe partout, c'est très technique mais pour moi ça reste un bon terrain de boule !" nous explique Marco Foyot.

Dans la deuxième mène, Santiago fait biberon. Mais en face, Jean Feltain l’éjecte avant d'être rappelé à l’ordre par une juge-arbitre pour "la règle de l’homogénéité de l’équipe". Le tireur change alors son tee-shirt vert pour revêtir la couleur bleue. Les mènes suivantes sont expéditives : 4-0, puis 6-0.

À la fin de quatrième mène, l'équipe Santiago remet légèrement en doute un point avant de s'avouer vaincue. Foyot mène alors 8 à 0.

Une erreur de Marco et Santiago récupère le point

À ce rythme, il aurait même pu faire Fanny et débuter la semaine sur un sans faute mais la cinquième mène se termine sur une erreur d'inattention de la part de Marco. Le capitaine, sextuple champion de la Marseillaise, tire pour la marque mais manque la boule.

L'équipe des cousins Santiago remporte son premier point. 8 à 1. Leur tireur débute même la manche d'après, avec le sourire et en toute décontraction, avec un double carreau. "On n'est pas là pour se stresser" lance-t-il à son coéquipier.

Dans le même registre, tout en buvant une gorgée d'eau : "T'as amené le Ricard ?" demande Marco Foyot à un ami, présent parmi la dizaine de supporters debout sur la pelouse. Son équipe marque 4 points d'un coup et mène cette fois 12 à 1.

Des amateurs marseillais face à un ancien champion

"On est des boulistes du dimanche, on ne se met pas de pression. Mais c'est vrai qu'on a mal joué" se confie l'équipe Santiago, à l'issue du match remporté par Foyot 13-1 au bout de sept mènes.

"Mais ce n'était pas impossible, on aurait pu faire mieux si on avait été en forme. Hier, on a joué toute la journée en plein cagnard. La Marseillaise, c'est un vrai marathon quand on n'est pas habitués !" conclue Eric Santiago, le short retroussé, le bras et le mollet tatoué.

De son côté, lui, Marco Foyot est satisfait de sa partie. "On a bien joué ce matin. Pourtant, les familles Santiago de Marseille, il faut toujours faire attention !" lâche le plus méridional des Parisiens.

"Le lundi matin, il faut se remettre en jambe mais on est en osmose avec mon équipe et je me régale à faire le milieu. Je prends à nouveau mes repères après des années sans être capitaine !" révèle la légende de son sport avant d'accorder un selfie à un jeune fan. Marco Foyot est sur une bonne lancée !

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité