• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : 18 policiers de l'ex-Bac nord renvoyés devant le tribunal correctionnel

Une voiture de la Bac nord en 2012 / © Photo Boris Horvat/AFP
Une voiture de la Bac nord en 2012 / © Photo Boris Horvat/AFP

18 policiers de l'ex-Bac nord de Marseille ont été renvoyés devant un tribunal correctionnel pour des faits de vols en réunion de drogue, de cigarettes ou d'argent, a-t-on appris lundi de source judiciaire.  

Par J.F. GIORGETTI, GB / France 3 Provence-Alpes

L'affaire aura fait vaciller la police marseillaise. Au terme de sept ans d'enquête menée par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), 18 anciens policiers de l'ex-Bac nord de Marseille vont être jugés en correctionnelle, conformément aux réquisitions émises par le parquet en janvier 2019. 

Ces anciens policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) qui intervenaient dans des cités des quartiers nord, sont mis en examen pour des vols de drogue, de cigarettes ou d'argent, commis lors de leurs interventions.

Les faits reprochés se sont déroulés entre janvier 2011 et octobre 2012 à Marseille, mais aussi à Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône.

Des écoutes dans les voitures

Dans leur enquête, les policiers de l'IGPN avaient mis en évidence "la réalisation systématique d'infractions pénales, allant bien au delà d'un simple laisser-aller professionnel ou d'un manque de rigueur".

Chaque opération des trois groupes de la Bac Nord mis en cause, était devenue prétexte, soit à l'attribution de produits en vue d'une éventuelle rémunération d'informateurs officieux, soit à un enrichissement personnel, avait noté le procureur.

Lors des perquisitions, la police des polices avait découvert de l'argent liquide et des barrettes de cannabis au domicile de certains policiers et jusque dans les faux plafonds des douches et des vestiaires de ces unités dédiées aux interventions dans les quartiers sensibles - mais pas particulièrement aux "stups".

Pour étayer son enquête, l'IGPN s'appuie sur de nombreuses écoutes. Les voitures des policiers suspectées avaient été sonorisées. Des conversations contestées, les policiers s'étaient justifiés en évoquant des plaisanteries entre eux, ou concédant des saisies "hors procédure" pour rémunérer des indics.

Lors du procès dont la date n'a pas encore été fixée, "tout observateur objectif se rendra compte du fait que les charges retenues contre ces policiers ne résistent
pas à une analyse sérieuse eu égard notamment à la connaissance par la hiérarchie policière des méthodes incriminées", estime Me Alain Lhote, avocat de l'un des principaux mis en examen.

La Bac nord dissoute

Lors de la révélation des dérives de la Bac Nord en 2012, le procureur de l'époque avait parlé d'une "gangrène" minant cette unité qui réalisait plus de 4.000 interpellations par an, dont 45% de délits de voie publique, ce qui en faisait, en termes comptables, "la meilleure Bac de France".

Dans cette affaire, Manuel Valls alors ministre de l'Intérieur, avait aussitôt pris des arrêtés de révocation et de suspension à l'encontre de plusieurs de ces policiers.

La Bac Nord a depuis été dissoute par le ministre de l'Intérieur, qui a unifié les trois divisions de Marseille.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le défi d'un Monégasque : nettoyer la Méditerranée en paddle

Les + Lus