Marseille : un blogueur dénonce les dégradations dans la cité phocéenne

Animateur de la communauté "Marseille à la loupe", Mathieu Grapeloup dénonce les travaux mal réalisés dans la ville de Marseille. Sa page Facebook compte plus de 25 000 abonnés, qui suivent de près les projets urbains d'amélioration de la ville.

Mathieu Grapeloup compte beaucoup sur les réseaux sociaux pour relayer ses alertes
Mathieu Grapeloup compte beaucoup sur les réseaux sociaux pour relayer ses alertes © Radio France/Nina Valette
Arrivé à Marseille il y a 7 ans, Mathieu Grapeloup a immédiatement un véritable coup de foudre pour la ville. Mais il regrette rapidement un potentiel qu'il juge mal exploité, notamment le retard dans de nombreux domaines : transports en commun, propreté, espaces verts et piétons, rénovation des quartiers, mise en valeur du patrimoine... Grâce au groupe Facebook "Marseille à la loupe"et son blog du même nom, le néo-Marseillais partage avec sa communauté les situations qui le sidèrent.

Des photos pour dénoncer

Le jeune homme de 31 a constitué une véritable galerie de photographies, qu'il ne cesse d'alimenter chaque semaine au fil de ses balades en centre-ville. Bitume qui remplace les pavés, espaces verts coulés sous le béton, construction laissées à l'abandon... la liste est longue, de quoi mettre en colère notre lanceur d'alerte qui reproche à la métropole un certain laxisme. 

Dans la rue Paradis, à Marseille, le béton remplace les pavés
Dans la rue Paradis, à Marseille, le béton remplace les pavés © Mathieu Grapeloup/Marseille à la loupe

Au-delà de la dimension esthétique et pratique des projets de travaux menés dans la ville, le blogueur regrette que l'accès à certaines infrastructures soit impossible pour les habitants. La piscine de Luminy illustre bien le phénomène : fermée en 2008 pour une rénovation qui devait coûter 3 millions d'euros, la piscine est aujourd'hui en ruines et doit être rasée, pour être reconstruite et confiée à un prestataire privé. La ville de Marseille compte 4m2 de bassin pour 1000 habitants, contre 25m2 pour la moyenne nationale.

Les élus locaux dans le viseur

Alors Mathieu Grapeloup s'interroge : est-ce de l'incompétence ou un manque de moyens ? Le blogueur reproche à la métropole de fermer les yeux sur ces travaux inachevés ou toujours au stade de projet. Et privilégie l'ironie pour dénoncer le laxisme de certains élus locaux. Exemple avec l'extension du métro à Capitaine Gèze, annoncée en 2014 et dont le retard de 5 ans lui a valu le surnom de "métro de la honte".

Un scandale qui donne la nausée et face auquel élus et entreprises se renvoient la balle dans un jeu de ping pong qui n’intéresse malheureusement plus personne car il est déjà trop tard. Les Marseillais du nord de la ville ne verront rien venir avant 2018 ou 2019

explique Mathieu Grapeloup dans un article consacré au métro et au tramway sur son blog.

Mais le lanceur d'alerte garde toujours espoir et conserve un regard bienveillant sur l'agenda de la métropole, qui liste un nombre important de projets structurants pour l'avenir. Le blogueur et sa communauté félicitent d'ailleurs les améliorations, petites et grandes, visant à faire avancer le bien-vivre dans la Cité phocéenne.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
urbanisme aménagement du territoire environnement société économie