Marseille : entre peurs et souffrances, les langues se délient

Des riverains du quartier Noailles à Marseille, lors de la marche blanche du samedi 10 novembre / © CHRISTOPHE SIMON / AFP
Des riverains du quartier Noailles à Marseille, lors de la marche blanche du samedi 10 novembre / © CHRISTOPHE SIMON / AFP

Depuis ce lundi matin les appels se multiplient auprès du CCAS du 4e à Marseille. Le Centre Communal d'Action Sociale fait face à la souffrance des habitants du centre ville.

Par Valérie Smadja

Le CCAS, pour Centre Communal d'Action Sociale, est un établissement public  qui intervient dans les domaines de l'aide sociale. Depuis ce matin, les appels d'habitants du centre ville de Marseille se multiplient.
 

Ils demandent des conseils, de l'aide. Comme si après le drame de la rue d'Aubagne, la parole se liberait. Ils parlent de leur précarité et de leur souffrance


témoigne un agent d'accueil social du CCAS.

Le CCAS enregistre beaucoup de signalements, même si ce n'est pas son rôle à l'origine. Il oriente les demandes et crée des cellules d 'accompagnement pour les personnes isolées et fragiles.
Pour les rescapés de la rue d'Aubagne, une cellule de crise a été ouverte en collaboration avec la mairie
Avec un numéro d'urgence : 
► 04 91 14 55 61 


 

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus