Marseille : homme poignardé dans le métro pour un vol de portable, un deuxième suspect arrêté

Publié le Mis à jour le

Un deuxième homme a été arrêté vendredi 14 janvier dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un homme dans le métro à Marseille. Il était présent aux côtés de l'agresseur présumé lorsque les faits se sont déroulés.

Quel a été le rôle de ce deuxième homme, qui était en compagnie de l'agresseur présumé du métro de Marseille le 7 janvier, à la station Notre-Dame-du-Mont ? Pour les enquêteurs, sa complicité avec le crime n'est pas établie. Mais il a fallu l'interroger pour le savoir.

Le 14 janvier, ce "deuxième homme" a été interpellé et placé en garde à vue, selon une information de La Provence, confirmée par la Direction générale de la Police nationale. Il doit être présenté à un juge ce dimanche 16 janvier. Selon les premiers éléments, son rôle n'a pas été "actif" dans le meurtre d'un Géorgien de 26 ans, à la suite d'un vol de téléphone portable.

Rappel des faits

Le drame s'est joué en deux temps. Dans l'après-midi du 7 janvier, une jeune femme est victime d'une tentative de vol de son portable dans la station de métro. Elle rentre chez elle. Une heure et demie plus tard, elle recroise de façon fortuite les voleurs présumés au même endroit, au pied de l'escalator de la station de métro. Son compagnon l'accompagne.

Géorgien demandeur d'asile, il s'adresse aux deux individus en anglais et s'ensuit une altercation.

Un des hommes tire un couteau à la lame rétractable, dissimulé dans sa chaussette, et poignarde le compagnon de la victime de vol.  Touché au thorax, le Géorgien de 26 ans succombera à ses blessures à l'hôpital.

Identifiés par la vidéosurveillance

L'enquête a été rapidement bouclée en cinq jours grâce aux caméras du métro. La surveillance a permis d'établir le parcours des deux suspects. Et c'est par le complice que les enquêteurs sont remontés jusqu'à l'auteur du coup mortel. L'agresseur présumé, âgé lui aussi de 26 ans, a été interpellé mercredi soir à son domicile. 

Connu des services de police pour des affaires de recel, de vols en réunion et usage de stupéfiants, il a déjà été condamné à 4 mois de prison avec sursis et 200 euros d'amende.

L’homme a reconnu les faits. Il a été présenté à un juge d'instruction vendredi 14 janvier en vue de sa mise en examen pour "meurtre, tentative de vol, et recel de vol et violence". Il a ensuite été placé en détention.