• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Qui sont les candidats déclarés (ou pas encore) à la mairie de Marseille en 2020 ?

Qui s'assiera dans le fauteuil de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille en 2020? / © VALérie Vrel/MaxPPP
Qui s'assiera dans le fauteuil de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille en 2020? / © VALérie Vrel/MaxPPP

A huit mois du scrutin, huit personnalités sont annoncées dans la course aux municipales de 2020 à Marseille. Tour d'horizon de ces candidat(e)s déclaré(e)s, ou non, pour succéder à Jean-Claude Gaudin, à la tête de la mairie depuis 1995. 

Par Annie Vergnenegre

Yvon Berland, 68 ans (LREM)

Le président de l’université d’Aix-Marseille est le dernier candidat déclaré en date à la mairie de Marseille. Il vient d'annoncer sa candidature à l'investiture de La République en Marche. L'ancien praticien pense pouvoir traiter les maux de la ville.

"Il y a des urgences sur l'habitat, des urgences écologiques, il y a des urgences sur la jeunesse, il va falloir traiter ces urgences, estime-t-il, et puis il va falloir donner à cette ville une véritable ambition, faire de cette ville non pas une petite ville de province mais une ville à l'échelle européenne". 

La commission nationale d’investiture du parti devrait trancher le cas marseillais en octobre.

Saïd Ahamada, 46 ans (LREM)

Le député des quartier nord était depuis le mois de juin, le seul candidat déclaré sous les couleurs de La république en Marche. Le porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale "veut construire une alternative crédible de rassemblement face à ceux qui ont géré la ville" et mener cette bataille avec les écologistes et la société civile. 

"En 2020, on aura un moment historique (..) dans le sens où on aura une occasion comme cela s'est rarement présenté à Marseille de faire un vrai renouvellement dans cette ville et d'offrir un choix aux Marseillais", a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse postée le 17 juillet sur sa page Facebook: 

Jean-Philippe Agresti, 44 ans (SE)

Ami du couple Macron, le doyen de la faculté de droit d’Aix-en-Provence n'a pas sa carte à LREM. Il n'exclut pas de se lancer dans la bataille pour Marseille mais n'est pas officiellement en lice.
Jean-Philippe Agresti avec Brigitte Macron en visite à la cité Felix Pyat le 13 juin 2019. / © David Rossi/MaxPPP
Jean-Philippe Agresti avec Brigitte Macron en visite à la cité Felix Pyat le 13 juin 2019. / © David Rossi/MaxPPP
Jean-Philippe Agresti est prêt à s'engager pour la ville comme il l'a "toujours fait professionnellement tout au long de sa vie" "s'il y a un projet d'abord", a-t-il déclaré le 14 juin au micro de France Bleu Provence.

Martine Vassal, 57 ans (LR)

Adoubée par Jean-Claude Gaudin, la présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence et du département des Bouches-du-Rhône fait figure de favorite au sein de la majorité sortante.

Sans se déclarer encore, Martine Vassal prône un "grand changement" et multiple les appels à "un grand rassemblement avec tous ceux et toutes celles qui aiment Marseille et sa Métropole et qui veulent faire rentrer Marseille et sa métropole dans une vraie dynamique pour les 20 à 30 ans à venir".

Sous le hashtag #MarseilleChange, la "non-candidate" annonce "l’ère d’une nouvelle ambition pour la deuxième ville de France" comme dans cette vidéo aux allures de clip de campagne.

Bruno Gilles, 58 ans (LR)

Investi ou pas, le président de la Fédération LR des Bouches-du-Rhône sera "candidat jusqu'au bout". Bruno Gilles a été le premier dans les starting-blocks à droite pour la course à la mairie dès le mois de septembre dernier.

"Depuis près de 10 mois je soutiens et je travaille avec les groupes et les experts rassemblés sur la volonté d’engager Marseille dans une dynamique économique de long terme, bien au-delà de 2020", explique le sénateur, et maire honoraire des 4-5 sur sa page Facebook.

Samia Ghali, 51 ans (DVG)

Elue sous la bannière socialiste, la sénatrice des quartiers nord n'est pas officiellement candidate à la mairie de Marseille. Mais la maire honoraire des 15-16 semble se sentir à l'étroit dans son secteur. Samia Ghali occupe le terrain dans les médias et sur les réseaux sociaux.
Depuis le printemps dernier, son micro-parti "Marseille avant tout" oeuvre à "nourrir" "son projet politique" "pour reprendre le contrôle de notre ville et lui redonner un avenir" comme le revendique le site du mouvement.

Samia Ghali  a indiqué au Figaro au début de l'été que "sa décision est prise" et qu'elle "sera incontournable à la Mairie de Marseille». 

Stéphane Ravier, 49 ans (RN)

Porté à la mairie des 13-14 par la vague FN de 2014, le sénateur espère qu'en 2020 le courant le portera jusqu'au Vieux Port. Les derniers résultats des Européennes confortent ses espoirs. Le Rassemblement national est arrivé en tête à Marseille (26 %).

Stéphane Ravier est déjà en campagne sur ses thèmes de prédilection, relayé sur les réseaux sociaux par ses soutiens comme sur le compte Twitter de la conseillère régionale @EléonoreBez pour ses 7000 abonnés.

Christophe Madrolle, 54 ans (UDE)

Venu à la politique par l'environnement, le secrétaire général de l'UDE se présente comme un social démocrate réformiste.

Candidat déclaré à la mairie de Marseille depuis l'an dernier, il s'est dit prêt à faire une alliance qui mettra en avant l'écologie", dans cette interview au média marseillais Gomet :

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Avignon, une journée au Festival 2019

Les + Lus