• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Le leader du combat au McDo de Saint-Barthélémy ne sera pas licencié

Kamel Guemari le délégué FO, à la tête du combat des salariés du McDo de Saint-Barthélémy à Marseille / © VALérie Vrel/MaxPPP
Kamel Guemari le délégué FO, à la tête du combat des salariés du McDo de Saint-Barthélémy à Marseille / © VALérie Vrel/MaxPPP

Nouvelle victoire pour le leader du combat des salariés du McDonald's de Saint-Barthélémy. L'inspection du travail a refusé le licenciement du délégué FO, Kamel Guemari.

Par Annie Vergnenegre

Depuis des mois, Kamel Guemari mène la tête du combat des employés du McDonald's de Saint-Barthélémy.

Visé par une procédure de licenciement, il vient de marquer un point face à son employeur. L'inspection du travail estime que "la sauvegarde de la compétitivité en tant que motif économique n'est pas établie" et que "l'employeur n'a pas satisfait à son obligation de reclassement" de M. Guemari.

Employé dans ce McDo depuis 1998, il est délégué FO et par ailleurs directeur-adjoint de l'établissement. "Le lien entre la demande d'autorisation de licenciement et l'exercice des mandats de monsieur Kamel Guemari est établi", note l'inspection du travail.

Huissier et CRS

Mardi, au 24e jour de grève des salariés, le tribunal de Marseille a ordonné l'évacuation pour "entrave à la liberté de commerce". Un huissier s'est rendu sur place. Huit camions de CRS se sont positionnés autour de l'établissement sans intervenir, a observé notre journaliste.

 "Tout ça, c'est pour nous les salariés", a commenté en direct Christian Buisson, un salarié, dans une vidéo postée sur Facebook.
"Ils ont souhaité nous déloger de notre piquet de grève, raconte Kamel Guérani, directeur-adjoint et délégué FO, on a essayé d'être coopérants. Ils ont constaté qu'il y avait des grèvistes et pas mal de soutien."

Cession douloureuse

Le feuilleton a débuté il y a plus d'un an quand Jean-Pierre Brochiero a décidé de céder ses six restaurants McDo. La cession de 5 d'entre eux à un franchisé, Mohamed Abbassi, a été validé par la justice en septembre 2018.

Le sixième, à Saint-Barthélémy devait être vendu à Hali Food & Co, pour en faire un restaurant asiatique hallal. Mais depuis, les 77 salariés de Saint-Barthélémy font de la résistance. Les salariés de Saint-Barthélémy dénoncent une cession douteuse, qui aurait pour seul but de couler l'entreprise.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Avignon, une journée au Festival 2019

Les + Lus