Trafic d'espèces protégées : six mois de prison ferme contre un revendeur de chardonnerets élégants à Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenègre (avec AFP)

Un trafiquant de chardonnerets élégants, une espèce protégée, a été condamné à six mois de prison ferme suite à son interpellation sur un marché aux puces de Marseille.

Le marché aux puces de Marseille est connu comme un haut lieu du trafic d'espèces protégées, au point qu'une scène du film Bac Nord y est consacré.

Mais cette fois, le trafiquant ne s'en sort pas à bon compte. L'homme jugé en comparution immédiate ce jeudi devant le tribunal correctionnel a écopé d'une interdiction de vente d'animaux et d'espèces protégées pendant cinq ans et la confiscation des 8.500 euros retrouvés lors de son interpellation deux jours plus tôt.

Ce sont les militants d'une association de défense des animaux qui ont repéré le trafiquant sur le marché aux puces. Ils avaient saisi six chardonnerets élégants dont deux mulets - croisés avec le canari - dans une cage dissimulée par un drap ainsi que trente-cinq tortues grecques, déshydratées, serrées dans un carton.

L'homme a reconnu se livrer à la revente de ces espèces protégées aujourd'hui menacées. Il a évoqué des prix de vente de 50 à 300 euros pour les tortues et de 60 à 100 euros pour les oiseaux, ce qui est apparu sous-estimé aux spécialistes.

Prisé pour son plumage et un chant très mélodieux, le chardonneret élégant est en voie de disparition au Maghreb et en forte régression en France métropolitaine où il est braconné pour finir entre les mains de trafiquants.

"Le trafic d'espèces protégées et l'un des plus importants, il vient après ceux de drogue et d'armes", a plaidé Me Mathieu Victoria, avocat de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) qui s'est constitué partie civile. L'association a obtenu 1.500 euros de dommages et intérêts.

En dépit du casier judiciaire vierge du prévenu, le procureur avait requis six mois d'emprisonnement ferme, demandant au tribunal de prononcer une peine dissuasive.

La LPO a salué cette sévérité "car si le risque pénal devient supérieur au bénéfice
tiré de ces trafics, cela peut effectivement faire réfléchir les acteurs de ce marché illégal", a estimé Me Victoria.