Mondial La Marseillaise à pétanque : une grandiose finale qui consacre Rocher

L'équipe Dylan Rocher exulte / © Hervé Lavigne
L'équipe Dylan Rocher exulte / © Hervé Lavigne

Un choc de gros bras : voilà comment résumer cette partie qui a enflammé le public et tous les amoureux de la pétanque de haut niveau. Rocher a gagné sur le score de 13-5, mais on a découvert trois joueurs au caractère bien trempé : Hérédia, Vandycke et le solide Maille. Revoir la finale ici

Par Frédéric Guillout

Dans les travées des tribunes, la grande majorité du public se demandait en combien de temps et en combien de points les ogres Rocher, Lacroix et Robineau allaient dévorer la triplette Heredia. Mais au bout de quelques mènes, beaucoup se demandait si l'exploit n'allait pas venir marquer cette finale de la 56 ème édition de ce Mondial La Marseillaise à pétanque. Car Heredia et ses compères ont plus que bousculé les grandissimes favoris.

►Réaction Dylan Rocher après sa victoire en finale


Les bras redoutables d'Heredia et de Maille

Les premières boules envoyées s'apparentaient à un test : dans quel état d'esprit la formation Heredia attaquerait-elle cette partie ? Supporterait-elle la pression de jouer cette finale face à cette équipe Rocher qui a décimé très facilement chacun de ses adversaires ? Et bien Sébastien Heredia répondait à cette interrogation en bombardant la quasi totalité des boules qui se présentaient devant lui. Avec une moyenne au tir de plus de 80%, il faisait mieux que lutter. Il réussissait l'exploit de provoquer quelques sérieux doutes dans l'équipe Rocher. Surtout que Stéphane Robineau débutait mollement cette partie.

Lacroix, le finisseur

Mais dans cette armada, Henri Lacroix a complètement assumé son rôle de finisseur et de sauveur parfois. Les épaules incroyablement solides, il réussissait ainsi à sortir boule et but à la cinquième mène, après deux trous de Dylan Rocher.  Idem à la septième mène, où après avoir manqué son premier tir, il envoyait efficacement et noyait de nouveau le but. Mène suivante, c'était au tour de Sébastien Heredia de noyer le but sur un tir pas très heureux. Du coup, neuvième mène, et seulement 3-2 au score. Là encore, Henri Lacroix imposait sa classe par deux superbes ajouts de point, imité par un Dylan Rocher inspiré, et la triplette menait désormais 6-3. Une illustration de cette formation qui profite de chaque défaillance de ses adversaires, en l'occurrence trois boules perdues par la triplette Heredia.

►Les plus beaux gestes de la finale



La onzième mène a démontré la forte personnalité et la puissance de feu de l'équipe Heredia : mène d'attaque de six frappes réussies ! Pour seulement deux petits points, ce n'est pas cher payé.
La treizième mène reste un modèle du style agressif, orgueilleux et si efficace de la triplette Rocher. Après un trou de Sébastien Heredia et une chiquette de Mickael Maille, la contre-attaque de Rocher fût fulgurante : un superbe carreau qui tombait à pic. Dans cette situation, à deux boules contre quatre, pas le choix : partie au but. Mais hélas pour la triplette Heredia, Mickael Maille le manquait une première fois, puis le pointeur Didier Vandycke manquait double. Rocher, Lacroix et Robineau inscrivaient ainsi une nouvelle fois leurs noms au palmarès de cette mythique Marseillaise. Sans contestation possible sur l'ensemble de leur prestation.

►La finale en intégralité



A lire aussi

Sur le même sujet

Nouvel accident de chasse dans le Var (83)

Près de chez vous

Les + Lus