La ville et les hôpitaux de Marseille tentent de combler le retard de vaccination dans les quartiers populaires

Depuis la fin août, la municipalité, l'AP-HM et les marins-pompiers de Marseille tentent de rattraper un retard de vaccination toujours considérable dans les quartiers nord. Pour aller à la rencontre des habitants, ils organisent ce samedi une nouvelle opération à la cité des Aygalades (15e).
Les 15 et 16e arrondissement de Marseille, au nord de la ville, sont ceux qui ont le plus d'habitants hospitalisés et en réanimation
Les 15 et 16e arrondissement de Marseille, au nord de la ville, sont ceux qui ont le plus d'habitants hospitalisés et en réanimation © Denis THAUST/Zuma Presse/MaxPPP

Entre l'arrondissement le plus pauvre de la ville et le plus aisé, le taux de vaccination grimpe presque du simple au double : au 29 août dernier, 40,3% des habitants avaient reçu leur première dose dans le 15e, contre 67% de la population du 8e au sud de Marseille, d'après les données de l'Assurance maladie.   

C'est face à ce constant accablant que la mairie, les marins-pompiers, les hôpitaux de Marseille, des médecins et associations se sont mobilisés depuis la fin de l'été pour aller à la rencontre des personnes les plus éloignées des soins et de la vaccination.

Ce samedi 11 septembre, comme les autres samedis du mois, ils se sont installés à l'espace santé AP-HM de Aygalades, dans le 15e, pour espérer vacciner un maximum d'habitants du quartier. Et résorber, dans la mesure du possible, la fracture vaccinale qui subsiste entre les quartiers sud et nord de la ville. 

De manière générale, Marseille accuse un retard conséquent par rapport au reste du pays, que les faibles chiffres des quartiers nord expliquent en grand partie.

Tandis que la population française est à 72,7% de primo-vaccinés le 5 septembre, la métropole d'Aix-Marseille reste toujours près de quinze points derrière avec 58% de ses habitants ayant reçu leur première dose, selon les chiffres de l'Assurance maladie. 

Eloignés du soin et des services publics

L'absence d'information, d'accompagnement, et le décrochage numérique de certains habitants des quartiers populaires font partie des raisons qui justifient ce taux. L'hôpital Nord, malgré sa capacité, ne remplace pas les opérations de vaccination qui permettent de se rapprocher de la population.  

Conséquence de ce retard, les habitants du 16 et du 15e sont ceux qui ont le plus de patients Covid hospitalisés depuis le 16 juillet 2021, avec 78 patients pour 100.000 personnes dans le 16e, et 18 placés en réanimation.

Le manque de confiance envers les institutions, dans des quartiers désinvestis par les services publics, et la circulation de fausses informations sur les réseaux sociaux ont aussi une lourde influence sur les craintes à recevoir une injection. 

Pour y remédier, des centres de vaccination se sont également installés dans de grandes surfaces fréquentées comme Grand Littoral, dans le 15e. Certains médecins font aussi le choix d'aller directement chez les habitants, comme ceux de l'association SEPT, Santé et environnement pour tous, mandatée par l'Agence régionale de santé (ARS) Paca. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19