De vieux bandits marseillais jugés pour une ancienne affaire de machines à sous

Saisie de machines à sous de type Bingo en avril 2005. Elles venaient de toute la région Paca. / © MAGNIEN Patrice / pmagnien@msn/MAXPPP
Saisie de machines à sous de type Bingo en avril 2005. Elles venaient de toute la région Paca. / © MAGNIEN Patrice / pmagnien@msn/MAXPPP

En tête de liste André Cermolacce dit « Gros Dédé »,  61 ans et Richard Laaban, 71 ans, jugés en compagnie de 6 autres présumés complices, par le tribunal correctionnel de Marseille, pour notamment, association de malfaiteurs et non justifications ressources. Le procès devrait durer trois jours.

Par Jean-François Giorgetti / ND

A l’ouverture des débats, la Présidente du tribunal décrit dans son exposé des faits « un réseau organisé par des figures marseillaises connues de nos tribunaux. Une telle concentration de personnalités connues de la justice laisse à penser que ce réseau de machines à sous génère des revenus colossaux, qui enrichissent ces personnes au train de vie sans proportion avec leurs activités. »

La justice reproche aux prévenus d’avoir organisé, à des niveaux d’implication différents, un réseau de machines à sous, de type bingo. D’après l’enquête, les machines étaient installées dans une vingtaine de bars marseillais. Selon les policiers, chaque machine rapporte entre 9000 €uros et 11 000 €uros. La répartition des gains serait de 70 % pour le réseau et 30 % pour les cafetiers. Aucun gérant de bar n’a été retenu dans cette procédure. Les faits datent de 2005 à 2007.

Le 30 septembre 2005 la sous-direction des courses et des jeux est informée de l’existence d’un réseau de machines à sous clandestines à Marseille et dans sa région. Rapidement l’enquête s’oriente vers 8 personnes susceptibles d’être les auteurs des infractions. Au cours de leurs surveillances les enquêteurs constatent que les protagonistes se retrouvaient régulièrement dans une brasserie installée dans le quartier des Catalans (7ème arrondissement de Marseille) non loin du bord de mer.

De nombreuses écoutes téléphoniques sont réalisées où il est question de « comtées » et de « petits paquets ». Les prévenus contestent et disent avoir parlé de contrée (partie de cartes) et de pieds paquets, un plat provençal bien connu.
André Cermolacce au tribunal le lundi 26 septembre 2016. / © Jean-François Giorgetti / France 3 Provence-Alpes
André Cermolacce au tribunal le lundi 26 septembre 2016. / © Jean-François Giorgetti / France 3 Provence-Alpes
André Cermolacce vit avec sa compagne, au chômage, à Cassis dans une luxueuse villa avec piscine pour un loyer mensuel de 2400 €uros. Se déplaçant uniquement en voiture de location en raison d’une tentative d’assassinat dont il avait été victime, « Gros Dédé » avait offert à sa compagne une Audi au prix de
25.000 €uros. Elle expliquera aux enquêteurs que son conjoint, sans connaître son activité, « gagnait bien sa vie ».
Richard Laaban au tribunal le lundi 26 septembre 2016. / © Jean-François Giorgetti / France 3 Provence-Alpes
Richard Laaban au tribunal le lundi 26 septembre 2016. / © Jean-François Giorgetti / France 3 Provence-Alpes
Richard Laaban et son épouse ont acheté entre 2003 et 2006, 21 voitures dont une Mercedes au prix de 100.000 €uros. La plupart de ces véhicules ont été en partie achetés en espèces et les crédits soldés en numéraires. Dans le même laps de temps 123.100 €uros en liquide ont été versés sur son compte bancaire. Madame Laaban sans revenus déclarés percevait un salaire de 1000 €uros par mois pour un emploi  dans une société d’intérim. Sa maîtresse bénéficiait d’un emploi fictif, pour un salaire de 500 €uros par mois dans la même entreprise.

Le procès doit se terminer ce mercredi.

Autre affaire en cours

Les deux amis ont été mis en examen en 2015 dans une affaire de tentative d’extorsion de fonds auprès de Jean-Pierre Bernès. Un administrateur judiciaire réclamait 15 millions d’euros, à l’agent de joueurs. Cette somme correspond à des dommages et intérêts que Jean-Pierre Bernès doit verser dans le cadre d’une condamnation qui date de 1998, pour abus de bien sociaux au préjudice de l’Olympique de Marseille.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus