EXCLUSIF. Tarascon : l'usine qui pollue en toute impunité

L'usine de pâte à papier "Excellence fibre" rejette des particules fines et des métaux lourds malgré les arrêtés de mise en demeure / © Sophie Acarias
L'usine de pâte à papier "Excellence fibre" rejette des particules fines et des métaux lourds malgré les arrêtés de mise en demeure / © Sophie Acarias

Des particules fines dans l'air, des métaux lourds dans l'eau, l'usine de pâte à papier "Fibre excellence" pollue depuis des années. Malgré les mises en demeure préfectorales, rien n'a été fait jusqu'à maintenant. Les riverains s'inquiètent pour leur santé.

Par Ludovic Moreau et Sophie Accarias

Le ciel est bleu, ce matin, lorsque Laurence amène ses trois garçons à l'école du "Petit Castelet" à Tarascon. Pourtant, elle est inquiète, selon les dernières mesures en laboratoire relevées par AirPaca, l'air de l'école est pollué, le taux de particules fines atteint des pics trois fois supérieurs aux normes européennes. Sur l'ensemble de la journée, la norme semble respectée mais ce sont les pics qui inquiètent les parents. 

De l'asthme, des vomissements

Devant l'école, une autre maman s'inquiète pour ses enfants, elle constate : des toux, de l'asthme, des nausées, des vomissements, des maux de tête... Le docteur Bernard Giral est médecin dans le secteur depuis 45 ans

Quand je me suis installé, on avait entre 0 et 6 cancers par an. Aujourd'hui, on en est à 60 cancers par an

constate, accablé, Bernard Giral.

Un site classé Seveso 2

L'école du "Petit Castelet" accueille 200 enfants, elle est située juste en face de l'usine "Fibre excellence". Cette usine, créée en 1951, fabrique de la pâte à papier, 24h/24, 7 jours sur 7, 365 jours par an. Un site industriel classé SEVESO 2. Depuis son rachat par un consortium indonésien, les riverains se plaignent d'une aggravation de la pollution et des odeurs.

On constate que l'industriel n'a jamais respecté les normes de pollution depuis 4 ou 5 ans et depuis le rachat par les Indonésiens, c'est de la pollution à tout va...

affirme Michel Dufy, un riverain de l'usine.

Des mises en demeure

Pendant plusieurs années et à de nombreuses reprises, la préfecture des Bouches-du-Rhône a produit des arrêtés de mise en demeure, pour que l'exploitant réalise les travaux nécessaires à la mise en conformité, mais rien n'a jamais été fait. Des contrôles inopinés ont également eu lieu, mettant en évidence des niveaux importants de pollutions.

Des contrôles renforcés en 2018

En 2018, une nouvelle campagne de mesures va être réalisée par l'association Air Paca. Elle va cette fois s'intéresser aux particules ultra fine, de l'ordre de 10 micron mètres, on les appelle les PM10. Un capteur de ces particules a été placé dans l'école du "Petit Castelet" et les premiers relevés sont accablants

C'est édifiant de voir que les taux relevés dans l'école sont supérieurs à ceux, relevés à Arles, Avignon ou Marseille

explique Sébastien Mathiot, référent "Etang de Berre" Air Paca.

Des métaux lourds dans le Rhône

L'usine "Fibre excellence" produit des particules fines, mais aussi des métaux lourds, que l'on retrouve dans l'eau du Rhône. L'association pour la Défense et l'environnement Rural (ADER) se préoccupe des effets polluants de l'usine sur l'organisme

C'est d'autant plus dangereux qu'il va être absorbé d'une façon chronique sur des années

explique Damien Bernieri, médecin généraliste, membre de l'ADER. L'association a porté plainte devant les tribunaux et une pétition est en cours sur le site Change.org.

Reportage : Sophie Accarias et Sidonie Canetto

L'usine "Fibre excellence" promet d'améliorer la situation

Depuis trois mois, "Fibre excellence" a un nouveau directeur à Tarascon, Philippe Agut. Il a, dit-il, sur sa feuille de route, à régler les problèmes environnementaux de son usine. D'immenses travaux sont en cours, treize millions d'euros devraient être investis pour améliorer la pollution et respecter les normes.

Bientôt des filtres sur les cheminées

Sur les cheminées, des électrofiltres devraient être installés d'ici le mois de juin, mais pour le moment, Philippe Agut refuse de constater l'impact de du site industriel sur l'environnement.Dans certains cas, les entreprises peuvent acheter un "droit à polluer", mais là encore, "Fibre excellence" conteste systématiquement cette obligation devant les tribunaux depuis 2013. Elle doit aujourd'hui 16 millions d'euros de redevance fiscale.

250 employés

Dans la balance, l'entreprise a un argument de poids, elle emploie 250 personnes, auxquels s'ajoutent 1000 emplois indirects, dans un bassin de population qui connaît 13% de chômage. Malgré les nombreuses mises en demeure à l'encontre de l'usine "Fibre excellence" depuis des années, la préfecture des Bouches-du-Rhône assure que le dialogue avec l'entreprise a repris depuis 2016. Si l'emploi est une préoccupation majeure des pouvoirs publics, le sous-préfet d'Arles, Michel Chpilevsky, n'entend pas placer l'environnement et la santé au second plan.

Interview de Michel Chpilevsky, sous-préfet d'Arles

Sur le même sujet

J.P. Vassalo, maire de Tende (06)

Les + Lus