Coupe de la Ligue : les groupes choisis par Jardim et Emery, deux passionnés

La finale de la Coupe de la Ligue Monaco-PSG oppose deux entraîneurs passionnés, Leonardo Jardim et Unai Emery. Les deux hommes viennent d'annoncer leur groupe. Tout savoir avant le choc des titians ce samedi 1er avril. Un match à suivre sur notre site en LIVE

La finale de la Coupe de la Ligue Monaco-PSG oppose deux entraîneurs passionnés, Leonardo Jardim et Unai Emery
La finale de la Coupe de la Ligue Monaco-PSG oppose deux entraîneurs passionnés, Leonardo Jardim et Unai Emery © Maxppp Collage

Le groupe retenu par Jardim :

► Gardiens :
1 - SUBASIC Danijel
16 - DE SANCTIS Morgan
30 – SY Seydou
► Défenseurs :
34 - DIALLO Abdou
25 - GLIK
5 - JEMERSON
6 – JORGE
23 – MENDY Benjamin
24 – RAGGI Andrea
19 - SIDIBE Djibril
38 - TOURE Almamy
► Milieux :
14 - BAKAYOKO Tiemoué
7 – DIRAR Nabil
27 - LEMAR Thomas
8 - MOUTINHO Joao
35 – N’DORAM Kevin
10 - SILVA Bernardo
► Attaquants :
33 – CARDONA Irvin
9 – FALCAO Radamel
18 - GERMAIN Valère
29 - MBAPPÉ LOTTIN Kylian

Le groupe parisien :

Le choc de deux entraineurs

Leonardo Jardim, 42 ans, n'a jamais été joueur de football professionnel. Piètre footballeur, il a préféré se lancer dans des études d'éducation physique à Madère. 
Très vite, le Portugais a passé ses diplômes d'entraîneur afin de "passer de l'autre côté" à l'âge de 22 ans, sans qu'il n'y soit contraint par une quelconque blessure. Progressivement, il a franchi les paliers: entraîneur adjoint en troisième division, entraîneur principal dans ce même club de Camacha, etc... 

Il a alors une vision transversale et globale de son sport. Il échange beaucoup avec d'autres entraîneurs de sports collectifs, notamment de volley. Il a gardé cette approche, et aujourd'hui encore, il s'en sert.

Je suis entraîneur de football, pas d'athlétisme.

Il met donc un point d'honneur à faire en sorte que tout travail, même physique, se réalise avec un ballon aux pieds.


"Il y a deux raisons à cela, explique-t-il. La première, c'est que les joueurs ont l'impression de moins travailler au niveau de l'endurance et de la puissance. Or ce n'est pas le cas. La deuxième, c'est qu'ils sont toujours en conditions réelles et qu'ils améliorent constamment leur relation au ballon et leur technique individuelle." 
Jardim est surtout un pragmatique. En cela, il se différencie de Pep Guardiola l'entraîneur de Manchester City, qu'il vient d'éliminer en Ligue des champions.
Il se rapproche plutôt de Didier Deschamps, le sélectionneur français, avec lequel il entretient les meilleures relations.

A Monaco, il a souvent fait évoluer son schéma tactique et il s'adapte aux joueurs qu'il a à disposition. Catalogué intellectuel du foot en raison de son passé universitaire, il aime en jouer. Ainsi durant cette trêve internationale, il a rencontré le sociologue français Edgar Morin (95 ans), dont il admire les écrits.
"Sa relation à la complexité du monde m'a aidé à comprendre que je devais m'adapter, pour éviter les chocs culturels", explique aujourd'hui Jardim.

 Emery, difficile de dormir

Le Basque Unai Emery, 45 ans, vient pour sa part d'une famille de footballeurs: son père et son grand-père étaient gardiens professionnels. Lui-même a réalisé
une modeste carrière de milieu gauche, en deuxième et en troisième divisions espagnoles. 

C'est dans le dernier club où il joue, à Lorca, qu'il se lance en tant qu'entraîneur.
Il arrive à hisser ce petit club en 2e division espagnole pour la première fois de son histoire, et frôle même le passage dans l'élite la saison suivante. En Espagne, il accumule les succès avec Almeria (2006-2008), Valence (2008-2012) et surtout Séville (2013-2016), triple vainqueur de l'Europa League. 
En revanche son exil en Russie, au Spartak Moscou, en 2012, est un échec. Il est limogé au mois de novembre pour cause de mauvais résultats.
La patte Emery, c'est "le dépassement de fonction", explique Romain Molina, auteur de la biographie "Unai Emery, El Maestro". "Il veut que les attaquants défendent,
que les défenseurs attaquent et que le danger vienne de partout. Il demande beaucoup aux latéraux".

- Avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport as monaco monaco international coupe de la ligue
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter