• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Etoiles et solistes de l'Opéra de Paris ce soir au Silo à Marseille

© Cherylynn Tsushima
© Cherylynn Tsushima

Ce soir le Silo accueille une soirée hors-norme où l'inventivité chorégraphique le dispute à une spontanéité captivante. Neuf danseurs réputés pour leur excellence donnent vie au projet scénographique de Samuel Murez. 

Par Pernette Zumthor

Ces artistes, que l’on peut voir au Palais Garnier dans les plus grands rôles des ballets classiques et dans les chefs-d’oeuvre de la danse contemporaine, se produisent ici sous la bannière de la compagnie 3ème étage dirigée par un chorégraphe ouvert à toutes sortes de digressions et que l'on surnomme le Charlie Chaplin de la danse. 
Ce "collectif" leur permet de montrer des programmes qui leur ressemblent : des extraits du répertoire classique comme le "Lac des Cygnes", à des créations déjantées comme "Epiphénomènes", en passant par les pièces des chorégraphes majeurs de notre temps comme William Forsythe ou Roland Petit, ils présentent un mélange d'excellence et d'humour, de virtuosité et d'auto-dérision, qui est devenu leur marque de fabrique.

Pour cette création, Samuel Murez - franco-américain né à Paris - a choisi une succession de courtes pièces, dans une mise en scène qui conjugue humour et effervescence théâtrale, convention et transgression, quelque part entre danse, mime et cinéma.

La pièce, Désordres, explore toutes les facettes de la virtuosité dans un jeu toujours au bord du déséquilibre où s’ajustent des figures au millimètre près. Cette mécanique horlogère est un petit bijou, où scintillent des pièces musicales de Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Franz Liszt mais aussi des modernes Thom Willems et Siegfried de Turckheim.
Un mélange d’excellence et d’humour, de virtuosité et d’auto-dérision. Des danseurs d’un niveau hors-du-commun, aussi doués qu’irrévérencieux.

Le 18 juin à 21h au Silo
 

Suivez-nous sur facebook !


Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Interview du colonel Jacques Baudot, SDIS 83

Les + Lus