Hautes-Alpes et Alpes-de-Provence: la SNCF prévoit de supprimer des postes d’agents aux guichets des gares TER

La SNCF prévoit de supprimer dès cet automne des postes d’agents aux guichets des gares de Pertuis, Digne les Bains, St Auban, Laragne et Veynes. / © Julie BATAILLON/MaxPPP
La SNCF prévoit de supprimer dès cet automne des postes d’agents aux guichets des gares de Pertuis, Digne les Bains, St Auban, Laragne et Veynes. / © Julie BATAILLON/MaxPPP

Les députés des Hautes-Alpes Pascale Boyer et Joël Giraud, et des Alpes-de-Haute-Provence Emmanuelle Fontaine-Domeizel et Delphine Bagarry, interpellent la SNCF et le président de la région Sud PACA après l’annonce de la suppression des postes d’agents aux guichets des gares TER.  
 

Par Annie Vergnenegre

La SNCF confirme la suppression dès cet automne des postes d’agents aux guichets des gares de Pertuis, Digne-les-Bains, Saint-Auban, Laragne et Veynes, tout en précisant que les discussions sont en cours. Le projet en question inquiète les députés LREM des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence, Pascale Boyer, Joël Giraud, Emmanuelle Fontaine-Domeizel et Delphine Bagarry.
 

Une équipe d'agents mobiles

C'est dans la presse qu'ils ont découvert que la SNCF allait "les remplacer par une équipe d’agents mobiles en poste habituellement à Manosque et Sisteron" écrivent-ils dans un communiqué commun.

"Ces suppressions ne permettront d’assurer qu’une ouverture partielle du service, qui se fera nécessairement au détriment des usagers des gares du territoire" soulignent les parlementaires qui s'inquiètent de la "diminution du service" "prévue pour 2020 pour les gares de l’Argentière, Montdauphin et Embrun".

La SNCF s'appuie sur l'évolution des comportements d'achats des usagers. "La fréquentation des guichets est en baisse, et les ventes s'écroulent, note-t-elle, tout en assurant vouloir "maintenir une présence humaine territoriale" en redéployant les agents "au bon endroit, au bon moment" en fonction des habitudes des clients.

Les élus entendent défendre le "devenir des petites gares, dans la perspective de les transformer en des lieux de vie dans les territoires, pour au contraire maintenir une présence assurant un service d’accueil aux usagers du rail".

Assurer un service public de proximité

Les quatre signataires du communiqué ont adressé des courriers à la directrice des lignes Intercités Delphine Couzi, au président de la région Renaud Muselier, au pdg de SNCF Mobilités Guillaume Pépy, au pdg de SNCF Réseau Patrick Jeantet, et au directeur territorial SNCF Réseau Jacques Frossard Directeur territorial SNCF Réseau, avec copie la Ministre des transports, Elisabeth Borne.

Ils demandent "quelles sont les alternatives prévues pour assurer un service public de proximité et  le maintien des postes".

La SNCF affirme que le projet n'est pas encore totalement arrêté et que des réunions sont prévues avec les élus et les partenaires sociaux.




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus