L'Embrunman 2018 promet des moments de légende pour sa 35e édition ce dimanche 12 août

Sur le parcours de l'Embrunman en 2017 / © Active Images
Sur le parcours de l'Embrunman en 2017 / © Active Images

Au programme de l'Embrunman 2018, une course de courte distance dimanche 12 août et LA course mythique de l'Embruman le 15 août qui réuniront presque 2500 athlètes, amateurs et professionnels confondus.

Par Pernette Zumthor

Remporté l'an dernier, pour la 6ème fois, par l'espagnol Marcel Zamora en 9h43mn, le mythique triathlon des Hautes-Alpes est l'un des plus difficiles au monde. Il réserve son lot de surprises aux fondus du fond et de l'endurance. Il y a ceux qui viennent pour gagner et tous les autres qui espèrent être au "finish" quel que soit leur temps. 

3,8 km de nage, 188 km de vélo et pour terminer 42 km de course à pied,  voilà le défi qu'ont décidé de relever les 1130 inscrits au triathlon d'Embrun.

Même si les dotations aux vainqueurs ne sont pas anodines, il est bon de se rappeler que l'Embrunman n'est pas à la portée d'un sportif du dimanche et que les participants toutes catégories forcent notre admiration.

Français de métropole, français du bout du monde, étrangers de partout, hommes femmes, en solo, en famille ou en club, la course rassemble en ce mi-temps de l'été, tout un monde dopé à l'enthousiasme et à la confiance.

Cette année Yves Cordier, 54 ans, détenteur de 5 victoires fera la course après 15 ans de pause. Vainqueur du 3e Embrunman en 1987, il est l'une des légendes de l'épreuve.

Départ le 15 août à 5h55 pour la spécial femmes et 6h pour les hommes.
 
En revanche, si l'on veut tutoyer la compétition et tester son endurance, la course de courte distance qui se déroulera le 12 août vous ménagera davantage avec ses 1,5 km de natation. 44 km de 2 roues et enfin 10 km de course à pied pour passer la ligne d'arrivée.

35 ans déjà !

  • 1984 : 80 concurrents sur la ligne de départ du "grand triathlon". A l'époque, la compétition portait sur 750 m de nage, 30 km de vélo et 10 km de course à pied. Grand succès pour les concurrents qui furent largement salués sur leur parcours.
     
  • 1985 : la deuxième édition de la compétition gagne ses galons européens. Les inscriptions arrivent de Suisse, d'Allemagne, de Belgique...
     
  • 1986 : avec l'expression longue distance, il y a changement sémantique.
     
  • 1987 : un jeune niçois de 23 ans remporte l'épreuve. Son nom : Yves Cordier celui qui franchira 5 fois la ligne d'arrivée au cours des éditions suivantes.
     
  • 1990 : l'épreuve cycliste qui inscrit le col de l'Izoard dans son parcours, prend la dimension d'une étape de haute-montagne du Tour de France.
 

Des bénévoles qui assurent

L’Embrunman doit son existence à la présence fidèle de bénévoles qui oeuvrent pour que tous les ans cette fête du Triathlon rencontre le succès. On les trouve donc à tous les postes utiles pour l'organisation d'un tel événement :

► signalisation des différents parcours, aux soins médicaux ou de kiné
►au ravitaillement ou à l'épongeage 
►à l'encadrement des inscriptions

Bref sans eux, rien ne serait envisageable au point que les appels à candidatures se font très tôt dans la saison et se poursuivent presque jusqu'à la veille de la manifestation.

Et les encouragements, alors ? Rendez-vous sur le parcours pour voir passer les athlètes, qu'ils soient pros ou amateurs, dimanche 12 août pour la course de courte distance et mercredi 15 août pour le mythique Embrunman. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Florence Parly

Les + Lus