Hautes-Alpes: un squelette de femme retrouvé dans le massif du Morgon, peut-être celui d'une des disparues du Boscodon

Le squelette découvert lundi dans le massif du Morgon, sur la commune de Crots (Hautes-Alpes) pourrait être celui d'une des trois randonneuses disparues dans la forêt du Boscodon depuis 2015, dont Laurence Klamm recherchée depuis novembre dernier.
Toute l'année, la forêt de Boscodon est très prisé des randonneurs.
Toute l'année, la forêt de Boscodon est très prisé des randonneurs. © CAMOIN Eric/MaxPPP

La découverte faite lundi sur la partie basse du Boscodon va peut-être lever le mystère sur l'une des trois disparitions inexpliquées dans ce secteur de la forêt haut-alpine depuis 2015.

"Lors de l'autopsie pratiquée hier, le légiste a confirmé qu'il s'agit d'un squelette féminin", indique le procureur de la République de Gap Florent Crouhy, joint par téléphone.

Accidents ou suicides ?

Cependant, à partir d'ossements, "il est impossible de déterminer les causes de la mort, il n'y a aucun élément qui permet de déterminer les circonstances mais en même temps, pas d'anomalie ou de raison suspecte qui apparaît".

La chute pourrait donc être tout aussi bien un accident ou un suicide. Le mystère reste entier.

Quant à l'identité de la victime, il faudra attendre une bonne quinzaine de jours pour faire parler l'ADN extrait des ossements et envoyés pour analyse en laboratoire.

Il pourrait s'agir d'une trois randonneuses  ces six dernières années : Monique Thibert (2015), Marie-Christine Camus (2016) et Laurence Klamm (2020) et dont les corps n'ont pas été retrouvés. "Ou même, une autre personne, souligne le procureur, tant que je n'ai pas d'ADN, je suis prudent, il y a parfois des disparitions qui ne sont pas signalées". 

L'identité à confirmer avec l'ADN

Cette habitante du hameau de Beauvillard, 60 ans, marcheuse expérimentée, n'a plus donné signe de vie depuis qu'elle a quitté son domicile le matin du 26 novembre dernier en direction de la forêt de Boscodon. 

Cette disparition est intervenue quelques semaines à peine après celle d'un Gapençais, Cédric Delahaie, 41 ans, dont le véhicule avait été retrouvé sur un parking. 

Le 27 juin dernier, un ossement et une chaussure ont été découverts sur une crête du massif de Morgon. Ils se sont révélés être ceux du randonneur disparu huit mois plus tôt.

Quelques jours plus tard, un squelette a été retrouvé dans le même secteur "dont on pense que c'est lui" selon le procureur de Gap qui attend confirmation des analyses ADN d'ici quelques jours.

"A part à considérer qu'on est bien en présence d'une chute traumatique, ce squelette ne révèle rien de particulier, ajoute-t-il, il n'y a aucun élément suspect qui ressort de ces analyses pour l'instant." 

Six disparus en 25 ans

La forêt du Boscodon est de funeste réputation depuis la mort  Lucie Manca Cres, une randonneuse retrouvée le lendemain de sa disparition en juillet 1995.

En juin 2018, un sans-abri d’origine allemande vivant à Barcelonnette avait lui aussi disparu dans le cirque du Morgon. Son corps avait été retrouvé trois jours plus tard. Dans les deux cas, les enquêtes ont conclu à une chute accidentelle.

Avec son abbaye restaurée et ses impressionnants torrents, la forêt du Boscodon est un site très prisé des randonneurs. 50.000 personnes s'y rendent chaque année.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition faits divers justice société montagne nature