Cet article date de plus de 3 ans

Migrants : des renforts importants de gendarmerie devraient arriver ce soir dans les Hautes-Alpes

Après le chassé-croisé des pro et des anti migrants ce week-end dans les Hautes-Alpes, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a annoncé l'arrivée de renforts importants de police et de gendarmerie dès aujourd'hui
Gerard Collomb, ministre de l'Intérieur, a annoncé l'arrivée de renforts importants de police et de gendarmerie pour s'assurer du respect absolu du contrôle aux frontières
Gerard Collomb, ministre de l'Intérieur, a annoncé l'arrivée de renforts importants de police et de gendarmerie pour s'assurer du respect absolu du contrôle aux frontières © MOUREZ Justin
Après la manifestation des anti-migrants d'extrême droite au col de l'Echelle et la manifestation des pro-migrants d'extrême gauche italiens et français au col de Montgenèvre, ce week-end, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a décidé d'envoyer des renforts "importants" de police et de gendarmerie.

Je condamne avec la plus grande fermeté l'ensemble des provocations, gesticulations et incidents qui ont marqué ce week-end dans les Hautes-Alpes et dont les groupes d'activistes d'ultra droite et d'ultra gauche sont respectivement à l'origine

a indiqué le ministre de l'Intérieur dans un communiqué.
Ces renforts devraient provenir des départements voisins et s'ajouter aux forces déjà en place, afin d'assurer le "respect absolu du contrôle aux frontières" a précisé Gérard Collomb. Des renforts d'unités mobiles seront également déployés dès aujourd'hui pour assister, sous l'autorité de la préfète des Hautes-Alpes, l'ensemble des services de sécurité publique.

Des manifestations pro et anti migrants

Ce week-end, une centaine de militants d'extrême droite du groupe Génération Identitaire s'est rendu au col de l'Echelle pour y "tenir la frontière". Une opération médiatique de 24H, destinées à "notifier" aux migrants que "la frontière est fermée et qu'ils doivent rentrer chez eux".
Dans le même temps, environ 160 militants d'extrême gauche, italiens et français, pro-migrants, ont traversé le col de Montgenèvre, en direction de Briançon. Ils étaient accompagnés d'une trentaine de migrants. A cette occasion,

des violences ont été commises vis-à-vis des forces de l'ordre

a indiqué le ministre de l'Intérieur.
Dans un communiqué, Arnaud Murgia, président des Républicains des Hautes-Alpes a indiqué que deux policiers ont été blessés lors d'affrontements avec les militants d'extrême gauche.

Deux militants placés en garde à vue

Ce matin, le parquet de Gap a confirmé à l'AFP plusieurs interpellations.

Deux personnes ont été placées en garde à vue dans les Hautes-Alpes après avoir pris part dimanche après-midi à l'entrée en France d'une trentaine de migrants venant d'Italie

a indiqué l'AFP et a ajouté

Ces deux hommes, dont un ressortissant étranger, ont participé activement aux débordements survenus au col de Montgenèvre

Les mis en cause étaient en garde à vue pour "aide à l'entrée d'étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée.
Selon les chiffres de la préfecture des Hautes-Alpes, 315 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l'Italie en 2016, 1.900 en 2017.
Depuis un an, le département connaît un afflux de migrants, exponentiel.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration police sécurité