Cet article date de plus de 3 ans

Militants pro et anti-migrants se croisent dans les Hautes-Alpes

160 Italiens et Français marchent avec des migrants ce dimanche. Opération simultanée avec le départ de 100 militants d'extrême-droite au col de l'Echelle, dans les Hautes-Alpes, depuis samedi matin pour une opération anti-migrants. Une rencontre entre les deux groupes est peu souhaitable...
L'action médiatique anti-migrants entamée samedi matin prend une forme de feuilleton. Ce dimanche en début d'après-midi, les militants d'extrême-droite de Génération Identitaire commencent à quitter le col de l'Echelle. Ils sont présents depuis samedi matin pour une impressionnante campagne de communication anti-migrants. Au même moment, et en réaction, des militants pro-migrants italiens passent la frontière et descendent jusqu'à Briançon. Ils sont 160, dont 20 à 30 migrants. D'après les gendarmes des Hautes-Alpes, à 17 heures, les deux groupes ne se sont pas encore croisés. Ce n'est pas ce qu'ils souhaitent, nous dit un des militants joint par téléphone. Ces militants se prononcent en faveur des droits fondamentaux des êtres humains. Ils s'étonnent d'être aussi encadrés pendant leurs actions pacifistes alors que l'action des militants d'extrême-droite n'a pas été interrompue. Le groupe se dirige vers le refuge solidaire de Briançon.       

Plus tôt dans l'après-midi


Les militants de Génération Identitaire qui bloquaient depuis samedi le col de l'Echelle, dans les Hautes-Alpes, emprunté par les migrants pour passer d'Italie en France, ont quitté les lieux ce dimanche en début d'après-midi.

Le camp est en train d'être démonté et tous les militants redescendent du col de l'Echelle",


a déclaré Romain Espino, un porte-parole de ce groupuscule d'extrême droite adepte des actions spectaculaires. Le porte-parole a précisé que "depuis son installation", le groupe n'a "pas été en contact avec des migrants".


Les militants auraient été approvisionnés "en eau et en nourriture" par "une quinzaine d'habitants de la vallée". Et ils n'entendent pas en rester là.

Nous avons prévu cet après-midi un survol avec un avion pour repérer là où il y a une activité de clandestins ou de passeurs,


a indiqué Romain Espino.

Ils prévoient également de "continuer à patrouiller" dans la semaine "autour du Briançonnais, sur les différentes routes connues pour être des passages de clandestins.


Voici le communiqué envoyé par la Préfète des Hautes-Alpes en début d'après-midi :


Environ 80 à 100 membres du mouvement Génération Identitaire s’étaient rendus hier, à pied, au col de l’Echelle, actuellement toujours enneigé et fermé à la circulation.
Leur action a consisté en une opération de communication uniquement, en matérialisant la frontière entre la France et l’Italie par la pose d’un filet plastique et le déploiement d’une banderole.
La Préfecture et les forces de l’ordre, avec une présence constante de la gendarmerie, ont agi avec attention et vigilance pour éviter tout trouble à l'ordre public et garantir le respect du droit.

Les membres de Génération Identitaire ont maintenant tous quitté le col de l’Echelle et tout le matériel a été enlevé, et sont repartis sous la surveillance de la gendarmerie.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique migrants société immigration