• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Trois bonnes raisons de voir “En attendant les fidèles”, un documentaire ce lundi après Soir 3

Le prêtre Joseph-Charles Mbogba est basé à Laragne. / © Patrick Gherdoussi
Le prêtre Joseph-Charles Mbogba est basé à Laragne. / © Patrick Gherdoussi

C’est le portrait de trois prêtres haut-alpins qui parcourent des centaines de kilomètres pour célébrer hiver comme été, mariages, baptêmes, enterrements et messes. Entre confessions, émotion et humour, le film nous invite à partager le quotidien de ces hommes d’Eglise.

Par Florence Brun

1. Parce qu’il dépeint trois personnalités fortes et attachantes

André Bernardi, Joseph-Charles Mbogba et Edouard Le Conte sont d’origine, d’âge et de tempérament différents. De Guillestre à Embrun, André Bernardi exerce son ministère en montagne depuis longtemps. Originaire du Cameroun, Joseph-Charles Mbogba est basé à Laragne. Quant à Edouard Le Conte, 30 ans, il est venu de Paris pour prendre ses fonctions à Vallouise. Tous les trois racontent leur quotidien et leur engagement avec franchise, conviction et une lucidité non dénuée d’humour.

► Voir un extrait du documentaire :

2. Parce qu’il délivre malgré tout un message d’optimisme

Crise des vocations, désaffection des fidèles… Pas facile d’être prêtre aujourd’hui, qui plus est en milieu rural. Entre un emploi du temps « ébouriffant » - selon les termes du père Bernardi – les déplacements incessants, les moments de solitude, on sent parfois poindre la fatigue et le découragement. Malgré tout, aucun ne baisse les bras. L’énergie demeure. La foi aussi.
André Bernardi, prêtre dans les Hautes-Alpes. / © Patrick Gherdoussi
André Bernardi, prêtre dans les Hautes-Alpes. / © Patrick Gherdoussi

3. Parce que les images sont superbes

Tourné en immersion durant six mois, le film traverse les splendides paysages et villages haut-alpins, au fil des saisons. Et l’on mesure du même coup toute l’étendue du territoire… et des responsabilités qui pèsent sur nos trois prêtres.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus