Marseille : un radar mesure la qualité de l'air à la sortie de vos pots d'échappements

Un radar de pollution des gaz d'échappement des voitures testé à Marseille. / © J. POUSTIS / FTV
Un radar de pollution des gaz d'échappement des voitures testé à Marseille. / © J. POUSTIS / FTV

Atmosud, association de surveillance de la qualité de l'air, expérimente cette semaine un nouveau type de radar à Marseille. Il analyse la pollution de chaque voiture, directement à la sortie du pot d'échappement. 

Par PG

Si vous passez par le boulevard de Dunkerque à Marseille, peu avant l'autoroute, vous pourriez être repéré par un nouveau radar. Pas de panique, ni flash, ni contravention, ce radar relève la qualité de l'air à la sortie de votre pot d'échappement. 

Acceptable, médiocre, ou élevé, l'impact de votre voiture sur la qualité de l'air est directement capté par rayons ultra-violets et infrarouges. Monoxyde, Dioxyde d'azote, des mesures à fine échelle, qui vont permettre à l'association Atmosud, qui surveille la qualité de l'air à Marseille de cartographier le parc automobile marseillais.

"Le parc automobile marseillais est vieillissant. Et grâce à cette étude, nous pourrons connaître précisément son état général car aujourd'hui seules les données du parc national sont utilisées", explique Dominique Robin, directeur d'Atmo Sud.

Selon Atmosud, à Marseille, 52.000 habitants sont exposées à la pollution due aux transports contre moins de 1.000 habitants à Salon, Martigues, Aubagne ou Arles.

A l'heure des vignettes Crit'Air, il s'agira à long terme, en partenariat avec la Métropole Aix-Marseille, de définir des Zones à Faible Emission (ZFE). Ce sont des périmètres définis, dont l'accès sera interdit ou limité aux véhicules les plus polluants, à certaines heures. Après Paris et Grenoble, une quinzaine de villes en France pourraient mettre en place ces ZFE. 

Un radar pédagogique. 

Sur le boulevard Dunkerque dans le 2ème arrondissement, vous pourriez donc savoir instantanément si votre voiture pollue. L'objectif de cette opération, est en effet de sensibiliser les automobilistes : limiter l'usage de son véhicule, mais également lever le pied, une attitude éco-citoyenne, qui permet de baisser les émissions polluantes. 

Après Paris, Marseille reste la deuxième ville de France la plus touchée par la pollution atmosphérique. 

Ce nouveau radar va analyser près de 6000 véhicules chaque jour, jusqu'au 16 novembre.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus