• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Monaco : les supercars à l’heure électrique

L'hybride et l'électrique colonisent le secteur des supercars. / © France 3 Côte d'Azur
L'hybride et l'électrique colonisent le secteur des supercars. / © France 3 Côte d'Azur

A Monaco, le salon Top Marques présente la démesure automobile. Les véhicules hybrides voire tout électriques prennent petit à petit leur place sur ce marché de niche. Mais pour séduire la clientèle, il faut aussi que les voitures soient des supercars.

Par V.V. édité par M.B. / France 3 Côte d'Azur

A Monaco, les chevaux vapeur sont en train de se faire doubler par les watts. Impossible de vous les montrer, c’est trop secret. Mais sous le capot et dans le coffre de ces supercars, il y a bien 4 moteurs totalisant 2110 chevaux dont la moitié sont d'origine électriques. Une technologie hybride qui a donc des performances de supercar. Et pour son constructeur, ce prototype est fait pour convaincre les sceptiques.

Arash Farboud, Président de Arash Motor Company :

La réalité, c’est que les performances de voitures électriques sont bien meilleures que celles des voitures essence, et de loin. Mais c’est difficile à comprendre et encore plus à expliquer.


Des Autrichiens associés à des Slovènes ont poussé le concept encore plus haut ! Ainsi, cet autre bolide hybride qui couvre le 0 à 100 en 2 secondes et demi est garé sous sa source d’énergie : un toit couvert de panneaux solaires

Mark Huber, directeur général de Tushek Ltd :

Ce toit recharge la batterie de cette supercar en 50 minutes


Mais effectivement rendre compatible superpuissance et électricité auprès des très riches acheteurs n’est toujours pas chose aisée. Et même si certains constructeurs ont ouvert la voie, d’autres refusent de s’y engouffrer. Comme cet italien qui travaille à concevoir la voiture la plus rapide du monde au doux bruit de moteur thermique.

Pas question non plus d’embarquer des batteries dans cet autre hypercar à 2,7 millions de dollars produite à seulement 10 exemplaires. Et selon son constructeur, c’est justement parce que l’avenir sera électrique qu’il fallait qu’elle existe.

Ryan Berris, Manager général de Apollo Auomobil ltd :

Nous pensons que plus jamais personne ne produira une voiture comme celle-ci. Comme ça nous effraie, nous l’avons fait.


En tout cas c’est elle qui a attiré la foule. Et cela durera peut-être tant qu’il y aura du pétrole !


REPORTAGE Véronique Varin, Erci Jacquet, Céline Espanol :




A lire aussi

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus