Municipales : LREM dévoile ses premiers candidats

© Photo MaxPPP
© Photo MaxPPP

La République en marche a lancé ses 19 premiers candidats aux élections municipales, dont deux sont en Paca : Benoît Mathieu (Cavaillon) et Cécile Muschotti (Toulon). Mais le parti macroniste a évité le sujet épineux des grandes villes, comme Marseille.

Par Ghislaine Milliet avec AFP & ALH

C'est un virage que La République En Marche ne veut pas manquer, pour donner de l'assise à une formation dont le manque d'antennes locales s'est révélé criant
lors de la crise des "gilets jaunes".

Le jeune parti macroniste a mis en selle ses 19 premiers candidats pour les municipales. 

Dans notre région, Benoît Mathieu, 30 ans, fondateur d'un site d'informations local, mènera une liste à Cavaillon (Vaucluse) où le Rassemblement national est en position de force, après avoir recueilli 38,4% des voix aux européennes.

Pour se donner de l'élan, LREM a dévoilé une première vague symbolique qui illustre différents cas de figure: soutenir l'édile en place jugé compatible, lancer des "marcheurs" pur sucre, lutter contre le Rassemblement national...

Afin de "favoriser le rassemblement", les maires sortants issus de centre gauche ou droite bénéficieront du soutien de LREM à certaines villes.
 


Des cadres de LREM ont également reçu des investitures comme la députée Cécile Muschotti qui défiera le maire (LR) Hubert Falco à Toulon, installé depuis 2001.

Il faudra faire un choix républicain en cas de risque de victoire du RN sur nos territoires

a souligné le délégué général de LREM Stanislas Guerini.

"Ce sera vrai dans nos stratégies de premier tour et ce sera un réflexe évident dans les stratégies de deuxième tour", a-t-il insisté.

"Pragmatique" 

Cette première carte postale est toutefois écornée par le remue-ménage autour des investitures dans les grandes villes. A Paris, comme à Marseille.

Trois candidats marcheurs, dont le député Saïd Ahamada est le premier à s'être déclaré, sont sur les rangs dans la cité du lacydon, où une alliance avec Martine Vassal, la présidente LR du département, est envisagée.

Nous étudions cette situation, nous ne la considérons pas comme stabilisée

a évacué le sénateur Alain Richard, co-président de la Commission d'investiture.

Aux dernières élections européennes à Marseille, LREM était arrivée en tête des 6e, 7e et 8e arrondissements.

Europe Ecologie les Verts avait remporté le 1e arrondissement.

Les arrondissements restants avaient été remportés par le Rassemblement National.

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus