Nouveau pic d'interpellations de migrants venant d'Italie dans les Alpes-Maritimes

Les Alpes-Maritimes ont enregistré un nouveau pic d'interpellations de migrants en situation irrégulière venant d'Italie la semaine dernière (10 au 16 août), a indiqué ce jeudi la préfecture. Un total de 1.179 étrangers ont été interpellés, dont les deux tiers ont été ramenés en Italie.

Un total de 1.179 étrangers ont été interpellés, dont les deux tiers ont été ramenés en Italie, a précisé Sébastien Humbert, sous-préfet des Alpes-Maritimes.
Le tiers restant a été laissé libre en France avec la consigne de quitter le territoire. 

Soudanais, Afghans, Pakistanais et d'Erythréens

Le profil de ces migrants arrivés de l'Italie se compose majoritairement de Soudanais (environ 600 interpellés), suivis d'Afghans (150), de Pakistanais (120) et d'Erythréens (120). Ces populations viennent pour la plupart directement d'Afrique, et arrivent dans le Sud de l'Italie par bateau.
Il s'agit de la deuxième semaine la plus importante de l'année en terme d'interpellations par les autorités françaises dans ce département frontalier, après celle du 8 au 14 juin (1.549 étrangers interpellés).

Reportage CHARTIER-DELÈGUE Olivier, MARTINIKY Ali et PAURON Pascale :

Intervenants : Sébastien Humbert - Secrétaire général adjoint - Préfecture des Alpes Maritimes, Elizabeth Marque - Cimade et Cathy Lipzyk
Amnesty International.

La courbe avait ensuite été décroissante jusqu'au point le plus bas, la semaine du 13 juillet au 19 juillet (459 interpellations). En comparaison, les pics hebdomadaires de 2014 étaient plus proches des 1.000 interpellations. 


"Compte-tenu du fait que notre dispositif policier est constant depuis le mois de juin, les chiffres sur les interpellations reflètent des tendances des migrations", estime Sébastien Humbert, qui juge que la semaine en cours se situe sur un même niveau d'arrivées de migrants.


Le département a en outre interpellé 118 passeurs présumés depuis le début de l'année, 83 d'entre eux ayant été l'objet d'une procédure judiciaire. Six passeurs ont été arrêtés la semaine dernière. - avec AFP -