Paca : le moustique Tigre sous surveillance

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenegre
Le moustique Tigre est facilement identifiable.
Le moustique Tigre est facilement identifiable. © EID Mediterranee / AFP

Petit mais très invasif, le moustique Tigre peut transmettre des maladies graves comme la dengue, le chikungunya et Zika. Pour faire un état des lieux de sa présence dans la région et ainsi stopper sa prolifération, l'ARS Paca invite les habitants à apprendre à le reconnaître et à le signaler.

Depuis son arrivée en France en 2004, ce moustique originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-Est a pris ses aises dans 58 départements. En Paca, l'Agence régionale de santé estime que 97% des habitants vivent au contact de l'Aedes albopictus.

Les autorités sanitaires suivent avec la plus grande attention l’extension de son implantation car le moustique Tigre peut véhiculer la dengue, le chikungunya et Zika.

La carte de sa répartition élaborée par le ministère de la santé montre que le moustique Tigre est est présent dans le sud est de la France, et qu'il a une prédilection pour les zones péri-urbaines et urbaines très denses.

Cette carte interactive permet de savoir si la commune où on habite a été colonisée. 

Pour permettre d'actualiser les données, chacun est invité à signaler la présence du moustique. Encore faut-il être capable de distinguer l'insecte de ses inoffensifs et innombrables cousins.

La chasse au moustique Tigre est lancée

D'où cette campagne de surveillance de l'ARS Paca à laquelle la population provençale est conviée cet été pour signaler le fauteur de troubles reconnaissable par sa petite taille et ses rayures.

Sur le portail de signalement du moustique Tigre, tout est expliqué en détails pour apprendre à le reconnaître (son mode de vie, sa taille, son look tigré, etc.) mais aussi pour lui tirer le portrait. 

Le ministère de la Santé rappelle également que quelques gestes simples permettent d'éviter la prolifération du moutisque qui profite des réservoirs d'eau artificiels (vases, pots, fûts, bidons, bondes, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots…) pour faire ses larves.

Il faut donc  :

  • vider régulièrement (au moins une fois par semaine) ou supprimer les coupelles sous les pots de fleurs et vases
  • vider et retournez, ou mettre à l’abri de la pluie le matériel de jardin et récipients divers
  • recouvrir à l’aide d’un filet moustiquaire ou de tissu les bidons de récupération d’eau en s'assurant que les moustiques ne pourront pas accéder à l’eau.
  • introduir des poissons dans les bassins d'agrément, ils mangeront les larves.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.